Clap

Territoires palestiniens,  Israël,  Moyen-Orient,  Etats-Unis,  Amérique

Moyen-Orient: des femmes juives et arabes interpellent Ivanka Trump sur la paix

Par Alain Chemali@GeopolisAfrique | Publié le 15/02/2017 à 17H56

Women Wage Peace en Israël
Des centaines d'activistes, juives, chrétiennes, musulmanes et athées du mouvement Women Wage Peace (des femmes construisent la paix) manifestant devant le parlement israélien à Jérusalem, le 31 octobre 2016. Elles demandent «aux dirigeants palestiniens et israéliens d'avoir le courage pour une paix possible». © THOMAS COEX/AFP

Au moment où l’administration américaine donne des signes d’abandon de la solution à deux Etats au Moyen-Orient, le mouvement Women Wage Peace s’invite dans le débat. Dans une lettre adressée à Ivanka Trump, cette association de femmes juives et arabes demande à la fille du nouveau chef de la Maison Blanche d’user de son influence pour parvenir à un accord entre Israéliens et Palestiniens


Peu avant la première rencontre entre le nouveau président américain et le Premier ministre israélien, un responsable de la Maison Blanche a jeté une grenade dégoupillée dans le processus de paix au Proche-Orient.
 
Une grenade diplomatique dégoupillée
«Une solution à deux Etats qui n’apporte pas la paix est un objectif que personne ne cherche à atteindre», a-t-il déclaré sous couvert d’anonymat.
 
«La paix est l’objectif, que cela soit sous la forme d’une solution à deux Etats si c’est ce que les parties veulent, ou quelque chose d’autre si les parties le veulent», a-t-il ajouté, faisant apparaître pour la première fois un abandon de la solution prônée depuis près d’un demi siècle par les Etats-Unis, l’Union européenne et la communauté internationale.
 
«Cela n’a aucun sens», a aussitôt réagi une des dirigeantes de l’OLP. Dénonçant une politique irresponsable, Hanane Achraoui a également accusé l’administration Trump «d’essayer de satisfaire la coalition extrémiste de Netanyahu», le pouvoir le plus à droite qu’Israël ait connu.
 
Le mouvement «des femmes construisent la paix» s'invite dans le débat
C’est dans ces circonstances que le mouvement Women Wage Peace (des femmes construisent la paix) a publié sur son compte twitter une lettre ouverte à Ivanka Trump, la fille du nouveau président américain.
 
A message to @IvankaTrump: women of Israel will do all we can to assist you and @jaredkushner in efforts to bring a diplomatic agreement pic.twitter.com/7SNbFK9BNw


Commençant par féliciter celle qui est également l’épouse de Jared Kushner, gendre et «conseiller principal» de Donald Trump sur le dossier israélo-palestinien, les militantes juives, chrétiennes, musulmanes et athées de l’association se disent «encouragées» par le fait que des proches du président aient été chargés de résoudre ce conflit.
 
Soulignant la responsabilité qui leur incombe en tant que mères, elles rappellent l’objectif de leur mouvement. «A WWP, nous avons décidé que notre rôle en tant que femmes est de tout faire pour assurer un meilleur avenir à nos enfants, petits-enfants, frères et familles», expliquent-t-elles dans leur lettre.
 
Elles affirment représenter un large éventail de la carte politique israélienne, «uni malgré les traditionnelles lignes de fractures – politique, religieuse, ethnique, sociale et géographique» et qu’ elles sont des dizaines de milliers à partager le même but. Celui de s’assurer que notre gouvernement fera tout ce qu’il faut pour parvenir à un accord avec nos voisins palestiniens.»
 
Les femmes de WWP appellent Netanyahu à négocier
«Nous avons découvert, ajoutent-elles, que nous avions des partenaires de l’autre côté qui cherchent également la même chose pour leurs enfants.»
 

Estimant qu’à l’instar d’autres conflits dans l’Histoire, le conflit israélo-palestinien peut, lui aussi, trouver une solution, elles souhaitent à Ivanka et son mari de réussir dans leur mission. «Nous sommes convaincues que vous avez une influence considérable en la matière et vous demandons instamment de vous investir dans cette tâche importante pour l’avenir et le bien-être des enfants de la région.»
 
Le 19 octobre 2016, elles avaient été plusieurs milliers, habillées de blanc, à participer «main dans la main» à la Marche de l’espoir. Une marche que les avait menées sous les fenêtres de la résidence de Benjamin Netanyahu à Jérusalem, pour lui demander de dépasser les clivages et de négocier enfin la paix.