Et pendant ce temps...

Politique,  Niger,  Afrique

Niger: Amina Mohammed, la N°2 des Nations Unies, mise sur les femmes

Par Eléonore Abou Ez@GeopolisAfrique | Publié le 09/07/2018 à 18H01, mis à jour le 09/07/2018 à 18H01

La vice-Secrétaire générale Nations Unies Amina Mohammed
 La vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, après sa prestation de serment au siège des Nations Unies à New York, le 28 février 2017.  © REUTERS / Mike Segar

Amina Mohammed se trouvait les 7 et 8 juillet 2018 à Niamey, au Niger, pour promouvoir «la participation des femmes» dans le développement du pays. Un créneau qu’elle défend ardemment depuis sa nomination comme vice-Secrétaire générale des Nations Unies.


«Le parcours de la vice-Secrétaire générale des Nations Unies constitue à lui seul un plaidoyer pour la cause des femmes auprès des gouvernants», a déclaré le président du Parlement nigérien Osseini Tinni en recevant Amina Mohammed en mission au Niger. Accompagnée d’une importante délégation, elle est venue voir si les femmes participaient activement à la prise de décisions politiques.  
 
Plus d’autonomie
Lors de ses multiples visites à Niamey, Amina Mohammed a insisté sur le rôle des femmes dans la prévention des conflits et le développement du Niger. Dans son plan d’aide aux pays du Sahel, dont bénéficie le Niger, la vice-Secrétaire générale mise sur la construction d’une paix durable qui passe par plus de croissance et plus d’autonomie pour les jeunes et les femmes.
 
Plus d’égalité
Depuis sa nomination au sein de l’équipe dirigeante, et même bien avant, Amina Mohammed plaide en faveur de l’équité entre hommes et femmes. «L’égalité des sexes est cruciale pour chaque pays, pour chaque société. C’est une condition préalable au développement durable», a-t-elle  affirmé début juin lors d’une Conférence de l’Union européenne.

Elle donne d’ailleurs pour exemple l’ONU, où «aujourd’hui, pour la première fois dans son histoire, la parité a été atteinte au sein de l’équipe dirigeante».
 
La Nigériane Amina Mohammed est depuis janvier 2017 vice-Secrétaire générale de l’ONU. La N°2 de l’organisation internationale est la deuxième femme africaine après la Tanzanienne Asha-Rose Migiro à occuper ce poste.

Elle a notamment joué un rôle essentiel dans le lancement du Programme de développement durable à l’horizon 2030 lorsqu’elle était Conseillère spéciale de l’ancien Secrétaire général, Ban Ki-moon.