Nigeria : Lagos rase ses bidonvilles pour loger les classes moyennes

Par Jacques Deveaux | Publié le 22/05/2018 à 09H41

On le surnomme la «Venise d’Afrique», même si l’unique point commun avec la Sérénissime se limite à la présence de l’eau. Makoko est un immense bidonville flottant de 250.000 âmes. Comme cet univers peu ragoûtant n’est plus à la hauteur des ambitions du Nigeria, les autorités détruisent les habitations de fortune.

  • Gondolier à Lagos
    01 /08
    Gondolier à Lagos

    Au 19e siécle, c’est un village de pêcheurs qui s’installe sur le front de mer de la lagune, aux portes de la ville de Lagos. Au fil du temps arrivent des ramasseurs de sable en eau profonde, des travailleurs du bois. © AFP/Stephan Heunis

  • Lagos baraques sur l'eau
    02 /08
    Lagos les baraques sur l'eau

    Mais petit à petit, l’espace manque, et la vie s’étend sur l’eau. Elle s’organise dans des baraques improbables, des radeaux qui parfois accueillent une église ou une clinique. © AFP/Stephan Heunis

  • Lagos mer déchets
    03 /08
    Lagos mer de déchets

    On estime que 250.000 personnes vivent dans ce cloaque, sans eau potable ni sanitaires. Mais aujourd’hui, le problème des habitants ne réside pas dans le manque d’hygiène. © AFP/Stephan Heunis

  • Maison radeau
    04 /08
    Maison radeau

    Car ce monde parallèle ne cesse de s'étendre. Makoko est le bidonville le plus connu. On peut citer aussi Otobo Gbame, Banga et Ebute Metta. Une agglomération de 300.000 habitants. © AFP/Stephan Heunis

  • Lagos fidè en pirogue
    05 /08
    Lagos, fidèles en pirogue

    Mais la péninsule de Lekki, où se situe le bidonville, est devenue la nouvelle zone à urbaniser de Lagos. Chaque année, elle se gonfle de 72.000 habitants de plus. Les pauvres n’ont plus leur place près de ces résidences luxueuses. © AFP

  • Une église à Lagos
    06 /08
    Une église à Lagos

    En 2016, le gouverneur de l’Etat de Lagos a décidé de faire évacuer tout l’habitat illégal du front de mer de Lagos. Le bidonville d'Otodo Gbame est en première ligne. © AFP/Stephan Heunis

  • Après démantèlement
    07 /08
    Après le démantèlement

    En quelques mois, 30.000 personnes ont perdu leur maison. Les bulldozers ont rasé les baraques, les transformant en tas de bois et de tôles. Au moins trois personnes sont mortes dans l’opération. © AFP/Stephan Heunis

  • Manifestation à Otodo
    08 /08
    Manifestation à Otodo

    Mardi 15 mai 2018, la population a manifesté pour réclamer des indemnités ou un logement qu’avaient promis les autorités pour compenser la destruction du bidonville. Mais très peu peuvent prouver leurs droits, faute de papiers ou de titres de propriété. © AFP/Stephan Heunis