Clap

Politique,  Nigeria,  Afrique

Nigeria recherche président désespérément !

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 07/07/2017 à 11H26, mis à jour le 07/07/2017 à 13H55

Muhammadu Buhari en mars 2017
Le président Muhammadu Buhari lors d'une de ses très rares apparitions publiques en 2017. Ici en mars. © SUNDAY AGHAEZE / AFP

Que devient le président du Nigéria, absent depuis deux mois? Face à cette disparition prolongée, les langues commencent à se délier. Un gouverneur veut sa démission tandis que de nombreux Nigérians se demandent si le président Muhammadu Buhari est encore en état de gouverner le pays le plus peuplé d'Afrique.

Le président Muhammadu Buhari, aujourd'hui âgé de 74 ans,  a été élu en 2015. Depuis le début 2017, c'est la deuxième fois qu'il quitte le Nigéria pour être hospitalisé en Angleterre. Une première fois, il s'est absenté de janvier à mars. Et là, il est officiellement hospitalisé depuis le 7 mai, soit exactement deux mois à la date du 7 juillet.

Résultat, les Nigérians réclament des éclaircissements sur le sort de leur dirigeant, malade, qui a passé plus de temps à l'étranger que chez lui depuis le début de l'année. Le gouverneur d'un des Etats du pays a demandé sa démission. Une organisation, qui revendique le soutien de 7 millions de personnes, «Nigerian Youth Advocate for Justice», demande que «le gouvernement de Muhammadu Buhari soit contraint de démissionner; de former un gouvernement intérimaire, ou faire face à la colère des peuples» et ajoute même que «des plans sont en cours pour l’expulser de la présidence». 
 
Au-delà des démentis officiels de rumeurs le donnant en phase terminale ou même mort, les questions sur sa santé se heurtent à un silence assourdissant. Il n'est donc pas surprenant que des voix s'élèvent pour rappeler les promesses électorales de 2015 de plus grande transparence et demander que les 180 millions de Nigérians ne soient plus tenus dans l'ignorance.


Pour tenter de calmer les choses et rassurer ses concitoyens, le président Buhari a jugé utile de s’adresser à ses compatriotes. Et ce, à l’occasion de la fête de Ramadan. Il s’est donc exprimé en langue haoussa en ces termes : «je suis immensément reconnaissant à Dieu pour sa miséricorde à nous guider avec succès pour achever un autre Ramadan. Mes salutations à tous les musulmans nigérians et à nos frères chrétiens à l’occasion de l’Aïd El-Fitr». Un message radiophonique qui n'a guère rassuré les Nigérians tant la voix paraissait très fatiguée et hésitante.

En attendant que la situation se clarifie, les pouvoirs semblent avoir été transmis au vice-président, Yemi Osinbajo. 

Si dans son immense pays, où la situation politique et économique est difficile, l'absence du chef de l'Etat inquiète, cela ne semble pas être le cas partout.  Les dirigeants de l'Union Africaine (UA) ont en effet désigné, le 5 juillet, lMuhammadu Buhari, pour défendre la lutte contre la corruption dans leur organisation.