Clap

Société,  Tunisie,  Afrique

«Paris Tunis»: un magazine qui relie les deux rives de la Méditerranée

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 14/09/2017 à 11H37

«Paris Tunis»... Un nouveau magazine sur Tunisie.
«Paris Tunis»... Un nouveau magazine sur la Tunisie et les relations entre la France et la Tunisie. © dr

Culture, économie, politique et même géopolitique… sont au sommaire d’un nouveau journal, «Paris Tunis», qui se veut un pont entre les deux rives de la Méditerranée. Un magazine trimestriel qui a pour objectif «de rapprocher» la France et la Tunisie, selon les mots de son rédacteur en chef, Gérard Sebag.


Paris Tunis ne manque pas d’ambition. Le magazine traite dans son dernier numéro, sur plus d’une centaine de pages joliment illustrées, aussi bien des «enjeux diplomatiques et économiques» de la Tunisie que du thermalisme ou de l’histoire des diverses communautés de l’île de Djerba.
 
«Nous voulons, explique Gérard Sebag, qui fut notamment rédacteur en chef à France 2, aborder les questions méditerranéennes d’une façon différente, donner un point de vue aussi bien tunisien que français sur ce qui se passe de chaque côté de ce lac qu’est la Méditerranée». Un lac bordé par 800.000 Tunisiens vivant en France et 20.000 Français ou Franco-Tunisiens installés en Tunisie.
 
Le journal est édité par un groupe de communication, All Contents, qui publie déjà des magazines qui font le lien entre plusieurs «villes monde», Paris-Berlin, Paris-Téhéran, Paris-Alger, Paris-Casablanca…. Paris Tunis offre une approche multiple de la réalité tunisienne. Entre les articles économiques (la Banque de l'Habitat ou la situation du tourisme) et géopolitiques (les relations franco-tunisiennes à l'ère Macron), le magazine dresse des portraits originaux, comme celui d'une femme tunisienne pilote d'A-320 à Tunis Air, ou nous fait découvrir une région de Tunisie à travers les yeux d'une pilote de 4x4.

Gérard Sebag présente le trimestriel «Paris Tunis» 
Paris-Tunis est rédigé par des journalistes mais le magazine fait aussi la place à des spécialistes et des universitaires pour approfondir les sujets de société notamment. 
 
«Il y a toujours eu ce pont entre la France et la Tunisie. Avec de bons et de moins bons moments. Pour nous, pas question de nier les difficultés qui touchent la Tunisie, sur le plan économique en particulier, précise Gérard Sebag. Mais malgré cela, nous voulons suivre l’évolution de cette société en mouvement, qui découvre la démocratie, ce qui est unique dans le monde arabe.» 

A l'aide d'enquêtes, d'entretiens, de portraits, Paris Tunis tisse la trame d'une société complexe, en pleine mutation, cherchant à s'inscrire dans le monde méditerranéen, ouverte sur l'Europe. C’est ainsi que dans le prochain numéro,  la réalisatrice de La Belle et la Meute, un film très fort, apportera son témoignage sur l’évolution de la Tunisie.