Clap

Pays-Bas,  Europe

Pays-Bas: des «maisons sécurisées» envisagées pour les réfugiés homosexuels

Par Dominique Cettour Rose@GeopolisFTV | Publié le 03/03/2016 à 15H26, mis à jour le 05/03/2016 à 13H04

Omar réfugié homosexuel syrien raconte menaces contre gays
Omar, Syrien de 20 ans, témoigne des menaces dont sont victimes les migrants homosexuels par d'autres migrants, le 5 janvier 2016, à Aalsmeer. © EMMANUEL DUNAND / AFP

Le Parlement néerlandais a approuvé à une courte majorité, le 2 mars 2016, une motion soutenant la mise en place de «maisons sécurisées» destinées aux réfugiés homosexuels. Selon les organisations de défense des droits des homosexuels, il s'agit d'une «avancée majeure» pour «venir en aide» à ces migrants menacés dans les centres d'accueils.


Le débat sur l'accueil des migrants est particulièrement tendu au Pays-Bas. Alors que des régugiés sont la cible d'attaques homophobes de la part d'autres réfugiés, les députés néerlandais se sont prononcés en faveur d'un hebergement séparé et sécurisé pour les homosexuels.

Plusieurs d’entre-eux, selon les médias néerlandais, ont retrouvé leurs vêtements brûlés ou leurs lits souillés d'excréments et de nourriture. Certains ont même reçu des menaces de mort de la part de migrants homophobes.

«Un endroit sécurisé pour ces personnes va faire toute la différence», a aussitôt réagi Tanja Ineke du COC Amsterdam, antenne de la fédération homosexuelle des Pays-Bas, pour qui ce vote représente «une avancée majeure pour les réfugiés LGBT (lesbiennes, gays, bisexuelles et transsexuelles).


«Un réfugié sur 15 est LGBT»
Le directeur de la communication du COC, Philip Tijsma, redoute que les plaintes recueillies ne représentent en réalité que «la partie visible de l'iceberg».  Alors que la plupart des migrants homosexuels victimes de discriminations dans leur pays continuent à subir des agresssions sans toutefois oser les dénoncer, il ajoute: «Cela ne sert à rien d’avoir un lit pour dormir, si tu es effrayé à l’idée de sortir de ta chambre à cause de ce que tu es. Nous avons reçu beaucoup de plaintes en très peu de temps». Selon lui, «environ un demandeur d’asile sur quinze est LGBT».

Les Pays-Bas sont le premier pays au monde à avoir légalisé le mariage entre personnes du même sexe en 2001, mais dans leurs centres pour demandeurs d'asile la tolérance de la diversité sexuelle n'est pas la norme, dénoncent les ONG.


Des tentatives de suicide et des grèves de la faim avaient alerté les associations d’aide aux migrants. Le secrétaire d'Etat à la Justice et à la Sécurité, Klaas Dijkhoff, opposé par le passé à l'installation de lieux sécurisés réservés aux réfugiés homosexuels, s'est donné deux semaines pour rendre sa décision.