Clap

Politique,  Bénin,  Afrique

Piratage de Soleil FM: l'opposition accuse le pouvoir de «bâillonner la presse»

Par Dominique Cettour-Rose@GeopolisAfrique | Publié le 17/11/2017 à 12H41

La radio béninoise Soleil FM est brouillée depuis plusieurs semaines.
La radio béninoise Soleil FM est brouillée depuis plusieurs semaines. © Saisie écran Twitter

Depuis plusieurs semaines, Soleil FM, radio propriété de l'opposant Sebastien Ajavon, est victime d'un brouillage de sa fréquence à Cotonou et dans plusieurs autres localités environnantes. Saisie, la HAAC, l'autorité de régulation, explique qu'elle n'a pas les moyens d'intervenir. Quinze députés ont interpellé le gouvernement dont ils dénoncent le «mutisme» face à ce «phénomène de piraterie».


Entendre de la musique Gospel quand des voix dissonantes au régime Talon s'expriment à des heures de grande écoute: c'est ce à quoi les auditeurs de Soleil FM sont systématiquement confrontés depuis le début du mois d'octobre. Une radio pirate non encore identifiée serait à l'origine de ce «brouillage» de la fréquence de Soleil FM, très écoutée à Cotonou. Saisie par cette dernière, la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) entretient le flou. Et c'est au tour du gouvernement béninois, resté silencieux, d'être interpellé sur ce piratage par 15 députés de la minorité parlementaire.


Alors que le régime Talon est soupçonné d'être à la manoeuvre, le Front pour le Sursaut Patriotique (FSP) est, lui aussi, monté au créneau, le 15 novembre 2017, dénonçant «un bâillonnement de la presse». Son porte-parole, Jean Kokou Zounon, estime qu'il s'agit d'un «acte de piratage prémédité et programmé dans le but d’empêcher les auditeurs de Cotonou d’avoir accès à des émissions dont le contenu dérange». 

Lors d'un point presse, intitulé «brouillage et piratage des médias: nouvel axe de bâillonnement de la liberté de presse, de la liberté d’expression et du droit a l’information au Bénin», qui se tenait à la Bourse du travail de Cotonou, le FSP a également appelé le gouvernement à prendre des mesures dans une affaire qui touche à la «sécurité d'Etat»

Climat d'inquiétude dans les médias
«C’est un émetteur plus puissant que le nôtre qui s’empare de notre fréquence à des heures précises et qui diffuse de la musique. Nous avons cherché à comprendre mais jusqu’à présent, on n’a pas d’informations suffisantes sur l’origine de ce piratage», expliquait pour sa part, le 18 octobre 2017, le directeur général de la radio, Donklam Abalo, dans une interview à La nouvelle tribune.

«C’est Soleil FM aujourd’hui, personne ne sait à qui ce sera le tour demain. Si on a pu nous le faire à nous, c’est qu’on peut le faire à d’autres. Donc beaucoup de confrères m’ont appelé, ont pris des nouvelles et ont promis de nous aider à relayer cette information», a-t-il ajouté.

Soleil FM piraté, Capp FM piraté et brouillé, le site du magazine L’autre Afrique de Romuald Boko suspendu, la diffusion de 100% Bénin de SIKKA TV sur Canal3 interdite, le site du journal Les Pharaons qui serait suspendu, telle est la situation critique des médias qui osent relayer les luttes et les cris de douleurs des travailleurs et des peuples du Bénin, a encore dénoncé Jean Kokou Zounon.
 

Soleil FM, propriété de Sébastien Avajon
La radio Soleil FM est la propriété de Sébastien Ajavon, richissime homme d'affaires béninois et candidat malheureux à l'élection présidentielle de mars 2016. Le magnat se trouve à nouveau dans le collimateur de la justice, inculpé de «faux en écriture publique, complicité de faux en écriture publique, usage de faux et escroquerie», selon des sources judiciaires. Une plainte avait été déposée par la direction des impôts en 2009.

En novembre 2016, la station avait été fermée par HAAC avant d'être autorisée à émettre en janvier 2017. En octobre 2016, M.Ajavon, qui a fait fortune dans l'agro-alimentaire, avait été arrêté après la découverte d'environ 18 kilos de cocaïne pure d'une valeur estimée à 9 milliards de francs CFA (14 millions d'euros) dans un conteneur destiné à l'une de ses sociétés, avant d'être relaxé quelques mois plus tard. 

En août 2017, le magnat béninois a fait l'objet d'un redressement fiscal de 167 milliards de francs CFA (254 millions d'euros) portant sur une évasion fiscale concernant plusieurs de ses sociétés pour les années 2014, 2015 et 2016.

M.Ajavon était arrivé en 3e position à la dernière présidentielle, derrière Lionel Zinsou et Patrice Talon. Il s'était toutefois rangé derrière M.Talon qui a fait fortune dans le coton, lui assurant la victoire au second tour.