Pour booster son économie, Sao Tomé et Principe développe le tourisme

Par Laurent Filippi | Publié le 12/01/2018 à 17H29

La moitié de la population de Sao Tomé et Principe (200.000 habitants), petit archipel d'Afrique centrale au cœur du golfe de Guinée, vit en dessous du seuil de pauvreté. Outre sa filière cacao-café, principale ressource économique du pays, le budget de l'Etat dépend à 90% de l'aide internationale. Aujourd’hui, le gouvernement mise sur le tourisme.

Pour faire décoller son économie, le gouvernement a décidé de la diversifier. Au début des années 2000, il s’est lancé dans l’exploration pétrolière. Mais les ressources, qui sont offshore, restent très coûteuses à exploiter. Aujourd’hui, les «îles chocolat» misent sur l’essor du tourisme qui ne cesse de progresser. «Globalement, la croissance des arrivées totales de visiteurs étrangers a été (d’environ) 13% par an», explique Nouvel Afrique.

«L’émergence d’une classe moyenne, voire de millionnaires, au Nigeria ou en Angola, à 2 heures d’avion», et les visites des «expatriés européens dans des pays comme le Gabon, à 45 minutes de vol», incitent le gouvernement à développer un tourisme de qualité, précise Afrique Télévision. Cette augmentation du nombre de voyageurs permet aussi de créer des centaines de postes dans de nombreux secteurs, dont l’hôtellerie et l’artisanat.

L’ex-colonie portugaise encourage aussi le tourisme vert et l'agrotourisme. Ces îles volcaniques, à la nature luxuriante et aux plages paradisiaques, abritent plus de 800 espèces de plantes et une grande variété d’oiseaux et de papillons. Il compte aussi sur des bâtiments remarquables de l’époque coloniale. En 2015, l’archipel a lancé son plan de développement pour devenir un paradis de l'écotourisme et un «hub» portuaire. Le gouvernement compte sur la Chine pour développer les infrastructures portuaires et aéroportuaires. Il souhaite agrandir l’aéroport international de la ville de Sao Tomé.

La photographe Ruth McDowall vous propose de découvrir les rues et le quotidien de la capitale Sao Tomé.

  • En avril 2017
    01 /10
    En avril 2017,

    la Chine octroie 137,4 millions d’euros pour financer plusieurs projets d’infrastructures, allant de la modernisation de l’aéroport principal de la capitale à la construction d’un port en eau profonde. © Ruth McDowall / AFP

  • Le moyen plus pratique pour se déplacer est taxi individuel ou collectif.
    02 /10
    Le moyen le plus pratique pour se déplacer est le taxi individuel ou collectif.

    Il vaut mieux négocier le prix de la course au départ car il n’y a pas de compteurs. L’auto-stop est aussi une bonne façon de se déplacer. © Ruth McDowall / AFP

  • La cathédrale Sao Tomé
    03 /10
    La cathédrale de Sao Tomé,

    aussi appelé Notre-Dame-de-Grâce, est située sur la place du Peuple, dans le quartier de Agua Grande. Au XVIe et XVIIe siècles, elle fut détruite et reconstruite au gré des occupations portugaise, espagnole et hollandaise. © Ruth McDowall / AFP

  • L'héritage colonisation portugaise
    04 /10
    L'héritage de la colonisation portugaise

    résonnent et les fidèles prient et chantent à tue-tête. Les catholiques représentent 85 % de la population, les protestants, 12 % et les musulmans 2%. © Ruth McDowall / AFP

  • Construit en 1969 situé sur front mer
    05 /10
    Construit en 1969 et situé sur le front de mer,

    le lycée national est l'une des plus anciennes écoles secondaires du pays mais également l'un des principaux établissements d'enseignement avec 6.000 étudiants. C’est l'un des derniers bâtiments importants construits dans l'archipel à l’époque de la colonisation. © Ruth McDowall / AFP

  • En juin 2017 marché Santo Amaro dans ville Guadalupe
    06 /10
    En juin 2017, le marché de Santo Amaro dans la ville de Guadalupe

    a commencé à être remis en état. «L'absence de marché pour la vente des produits est un problème pour les agriculteurs dans le district de Lobata, avec des coûts exorbitants de transport des produits sur le marché de Sao Tomé, qui est à 8 km de la ville de Guadalupe. Réhabiliter ce marché permettra aux agriculteurs et au grand public d'acheter des produits sans avoir à passer au marché principal, ce qui réduira les dépenses de transport», explique la FAO qui finance le projet. Authenticité garantie pour les visiteurs ! © Ruth McDowall / AFP

  • Les produits première nécessité
    07 /10
    Les produits de première nécessité

    sont souvent chers car la plupart sont importés, sauf certains fruits et légumes vendus par des petits commerçants.   © Ruth McDowall / AFP

  • La pêche artisanale nationale commerciale subsistance
    08 /10
    La pêche artisanale nationale (commerciale et de subsistance)

    est pratiquée dans la zone côtière et emploie plus de 6.000 personnes, dont 50% de femmes. © Ruth McDowall / AFP

  • Le musée national Sao Tomé--Principe
    09 /10
    Le musée national de Sao Tomé-et-Principe

    est situé dans le fort Sao Sebastião, une ancienne forteresse construite en 1575. Le musée abrite une collection d'art religieux et d'objets de l'époque coloniale. Des espaces sont également dédiés, aux pratiques vaudoues. © Ruth McDowall / AFP

  • Les touristes peuvent se faire héberger
    10 /10
    Les touristes peuvent se faire héberger

    dans des pensions au bord de la plage. Pour accueillir tous ces nouveaux visiteurs, Sao Tomé favorise le logement chez l’habitant, notamment dans les «roças», des exploitations agricoles.  © Ruth McDowall / AFP