Eclairage

Algérie,  Afrique

Qui sont les ahmadis, «persécutés» en Algérie, qui prônent la laïcité?

Par Géopolis (avec agences)@GeopolisAfrique | Publié le 04/09/2017 à 15H28, mis à jour le 04/09/2017 à 15H28

Les Ahmadis en Algérie
Les Ahmadis se disent victimes de répression en Algérie © RYAD KRAMDI / AFP

L’arrestation, le 28 août 2017, de Mohamed Fali, président de la communauté ahmadie algérienne, a mis en lumière la répression que subit cette minorité en Algérie. 286 personnes, dont cinq femmes, responsables ou simples fidèles âgés de 20 à 71 ans, ont été poursuivies. Human Rights Watch demande l’arrêt des persécutions.


«La persécution des ahmadis, ainsi que le discours de haine proféré par des ministres du gouvernement, montre une intolérance envers les croyances minoritaires, qu’elles se disent islamiques ou non», a déclaré Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch. «Les autorités devraient libérer immédiatement Mohamed Fali et les autres ahmadis algériens et cesser de s’en prendre à cette minorité sans défense.»

 
Fondé par Mirza Ghulam Ahmad à la fin du XIXe siècle dans le nord de l'Inde, l'ahmadisme n'a pris racine en Algérie qu'à partir de 2007, quand une chaîne de télévision du mouvement a pu être captée par satellite dans le pays. Pendant presque 10 ans, les ahmadis d'Algérie ont pratiqué librement et discrètement. Si discrètement que la plupart des Algériens n'ont découvert leur existence qu'en juin 2016, lorsqu'a commencé la répression médiatisée du mouvement, qualifié de «secte» par les autorités algériennes.
 
«Libertés religieuses malmenées» 
L'islam est religion d'Etat en Algérie, où domine la doctrine malékite sunnite. Mais la Constitution garantit la liberté de culte, sous réserve d'agrément des autorités pour le lieu de culte et le prédicateur. Ce que n'ont jamais demandé les ahmadis, estimant qu'ils ne l'obtiendraient jamais.
 
Le 2 juin 2016, le chef du mouvement ahmadi algérien, Mohamed Fali, commerçant de 44 ans, et son adjoint sont arrêtés, leurs domiciles perquisitionnés et leurs passeports confisqués, peu après avoir finalement sollicité auprès du ministère de l'Intérieur l'enregistrement d'une association caritative.
 
Depuis cette date, 286 personnes ont été poursuivies, selon Mohamed Fali. Toutes ont été condamnées à des peines de prison allant de 3 mois avec sursis à 4 ans ferme, sauf trois, qui se sont vu infliger des amendes.

 
Laïcité et non-violence
Bien qu'il se revendique musulman, l'ahmadisme a été déclaré secte non liée à l'islam en 1973 par l'Organisation de la coopération islamique (OCI) – dont l'Algérie est membre  – et ses fidèles, estimés à environ 10 millions dans 190 pays, sont victimes de nombreuses persécutions à travers le monde.
 
En Algérie, les ahmadis se disent environ 2.000. Suscitant la méfiance, voire l'opprobre de leurs compatriotes, ils font profil bas et se réunissent clandestinement chez les uns ou les autres pour prier, ne disposant d'aucune mosquée ou lieu de prière officiel.

 
Leur culte est similaire à ceux des courants majoritaires de l'islam, mais ils voient dans Mirza Ghulam Ahmad le «Messie des derniers temps» annoncé par le prophète Mohammed. Une hérésie pour les musulmans dogmatiques.
 
La laïcité est pour les ahmadis une valeur fondamentale, une vision dénoncée par les partisans rigoristes d'un islam d'Etat et notamment par les wahhabistes en Arabie Saoudite.

 
Répression et services de renseignements
«Plusieurs années après les attaques subies par la communauté chrétienne en Algérie, les persécutions des citoyens ayant opté pour un rite autre que celui choisi par l’Etat se multiplient ces derniers mois. Cette fois-ci, ce ne sont pas les personnes ayant choisi "un culte autre que musulman" qui sont ciblées. Mais des communautés qui n’épousent pas le courant considéré comme étant la référence dans le pays. Le cas des ahmadis est le plus édifiant», s’alarme El Watan, pour qui les libertés religieuses sont malmenées.
 
Selon Sirine Rached Rached, d’Amnesty International, «l'acharnement contre les ahmadis en Algérie est une situation unique au Maghreb. Notre organisation n'a pas reçu de signalement de violations de liberté religieuse d'ahmadis au Maroc, en Tunisie ou ailleurs dans le Maghreb.»

Il y a quelques semaines, c'est une autre confrérie, venue du Maroc, El Karkariya, qui avait été prise pour cible par la presse conservatrice pour les mêmes motifs: mise en danger de l'unité nationale ou encore instrument de services de renseignements (étrangers).