Et pendant ce temps...

Société,  République Démocratique du Congo (RDC),  Afrique

RD Congo: mourir à Kinshasa, ça revient très cher

Par Géopolis (avec AFP)@GeopolisAfrique | Publié le 13/01/2018 à 14H42, mis à jour le 13/01/2018 à 16H40

Obsèques Kinshasa
Obsèques d'un manifestant tué le 31 décembre 2017 © JOHN WESSELS / AFP

Morgue, exposition du corps au funérarium, inhumation, accueil du clan élargi: la facture peut s'élever jusqu'à 2.500 dollars dans la capitale de la République démocratique du Congo, où un employé de supermarché touche entre 100 et 150 dollars par mois, 200 dollars en moyenne pour un fonctionnaire.


Inondations, violences politiques, choléra... Les événements tragiques qui endeuillent Kinshasa en ce début d'année 2018 rappellent le coût écrasant des obsèques et des cérémonies de deuil pour des familles sans grands moyens, soumises à cette forte tradition de la société congolaise. 

La famille de José Fataki porte le deuil de son parent, tué en marge de la marche des catholiques du 31 décembre 2017 contre le pouvoir. Les proches de ce modeste chauffeur de taxi-moto ont déboursé 620 dollars pour l'exposition du corps dans un funérarium, installé sous un chapiteau à côté d'une salle des fêtes, selon son neveu, Éric Fataki, avocat. «La salle nous a coûté 520 dollars», confirme Martine Mujinga, sœur de Julie, décédée de maladie et dont le corps est exposé dans une salle voisine.

 «Pour chaque corps exposé, l'État prélève 20 dollars», précise à l'AFP le gestionnaire de la salle dans la commune populaire de Matete. Avec des centaines de deuils par jour, les salles de fêtes qui servent de funérarium représentent une activité prospère dans la capitale aux 10 millions d'habitants: «A Kinshasa, plus de 800 salles sont répertoriées», indique le ministre provincial des Finances, Guy Matondo. On y organise aussi des activités plus joyeuses: mariages, conférences, concerts.

Cercle vicieux
Le parcours du combattant commence à la morgue. Benoît Kulube, fonctionnaire à la retraite, affirme avoir déboursé plus d'une centaine de dollars pour la conservation du corps de son fils de 17 ans, décédé en tout début d'année de l'épidémie de choléra qui touche Kinshasa.
 
C'est un cercle vicieux: le corps est conservé à la morgue, le temps que la famille réunisse de l'argent pour les obsèques, par exemple auprès de membres de la diaspora en Europe, si elle en a. Pour embaumer le corps, une pratique en vogue à Kinshasa, Benoît Kulube a payé de surcroît 50 dollars, sans oublier l'achat d'habits neufs pour le défunt.

Changer les mentalités
Vient ensuite le choix du cercueil, avec des entrées de gamme à 250 dollars, les prix pouvant aller jusqu'à plus de 1.000 dollars. Le coût du transport du corps de la morgue au funérarium, puis au cimetière, s'élève entre 100 et 500 dollars. Du funérarium au cimetière, les familles louent aussi des bus pour transporter les membres du clan et des amis. L'enterrement n'est pas donné : 150 dollars pour un espace au cimetière, 100 dollars aux fossoyeurs, plus une taxe obligatoire versée à la garde républicaine de 15.000 francs (10 dollars).
 
Les autorités de Kinshasa ont fait savoir qu'elles avaient distribué des aides aux familles des 44 personnes mortes dans les inondations du 4 janvier. On évoque la somme de 2.000 dollars par personne dans l'entourage du gouverneur de Kinshasa.
 
Un spécialiste de l'histoire des mentalités, le député Zacharie Bababaswe, estime qu'il est temps «d'engager une réflexion approfondie» face à une culture traditionnelle du peuple Kongo, tribu du sud-ouest de la RDC, qui consiste «à économiser de l'argent pour des obsèques en fanfare plutôt que de cotiser pour des soins médicaux». Il propose que la réflexion aille jusqu'à «proposer l'incinération» des corps, moins coûteuse, «bien que cela risque de choquer de nombreux Congolais».