Eclairage

République Démocratique du Congo (RDC),  Afrique,  Afriques

RDC: les violences sont «instrumentalisées par le pouvoir», dénonce la FIDH

Par Martin Mateso@GeopolisFTV | Publié le 28/03/2017 à 18H23, mis à jour le 30/03/2017 à 10H16

Un char Monusco patrouille à Tshimbulu capitale Kasaï central
Un char de la Monusco patrouille à Tsimbulu, près de Kananga, la capitale du Kassaï central, le 11 mars 2017. C'est dans cette région qu'une dizaine de fosses communes ont été découvertes. © Photo Reuters/Aaron Ross

Le rapport publié par la Fédération internationale des ligues des Droits de l’Homme sur la RDC est particulièrement inquiétant. La FIDH redoute une généralisation des violences à neuf mois d’une présidentielle incertaine. Tout semble indiquer que la déstabilisation en cours est «instrumentalisée» par le pouvoir, estime Justine Duby, l’auteure du rapport de la FIDH qui s’est confiée à Géopolis.


Alors que Kinshasa vient d’annoncer la découverte des corps de deux experts de l’ONU disparus le 12 mars dans le centre de la RDC, la FIDH et ses ONG partenaires congolaises redoutent une terrible descente aux enfers si rien n’est fait pour arrêter les dégâts.
 
«Les violations des droits humains qui sont commises depuis 2016 sur le territoire de la RDC ainsi que les violences liées au contexte électoral se sont intensifiées de façon inquiétante et de façon continue. Les Nations Unies indiquent une hausse de 30% des violations depuis 2016 dont les forces de sécurité du régime de Joseph Kabila sont les principales responsables, confie à Géopolis Justine Duby, chargée de programme du bureau Afrique de la FIDH».

Justine Duby bureau Afrique FIDH

Justine Duby, chargée de programmes au Bureau Afrique de la FIDH, est l'auteure du rapport sur la situation politique et sécuritaire de la RDC. © Photo/FIDH


Les violences ont gagné le centre du pays
Alors que le Conseil de sécurité doit renouveler le mandat de la mission de l’ONU en RDC, la FIDH fait un bilan catastrophique de la situation politique et sécuritaire du pays. Tous les clignotants sont au rouge et le bilan des victimes ne cesse d’augmenter, en toute impunité.
 
«Depuis 2016, les foyers d’instabilité et de violence se sont multipliés en RDC. Il y a d’abord la recrudescence des violences et des massacres dans des zones qui connaissent des conflits de longues dates. Des conflits identifiés. C’est le cas dans les provinces du Kivu, à l’est de la RDC, où plusieurs dizaines de groupes armés et de milices opèrent et se livrent à des luttes de pouvoir qui ont des conséquences dramatiques pour les populations locales prises en otage. Les villages sont très régulièrement attaqués, pillés, brûlés. Des civils sont exécutés, des enfants sont recrutés dans les groupes armés. Les femmes, les filles et les garçons sont victimes de violences sexuelles qui sont parfois utilisées comme une arme de guerre pour terroriser la population», dénonce la FIDH.
 
L’auteure du rapport constate que parallèlement à ces foyers de violence connus, il y a de nouveaux conflits qui ont surgi en 2016 et ont contribué à une généralisation de ces violences. Dans le centre du pays, la province du Kassaï oriental est le théâtre de la rébellion Kamwina Nsapu, du nom d’un chef coutumier du Kassaï entré en conflit avec le pouvoir central. Son assassinat par les forces gouvernementales a mis cette région à feu et à sang. 400 personnes y ont trouvé la mort depuis septembre 2016. Une dizaine de fosses communes ont été recensées par l’ONU.
 

«D’après nos informations, ce qui se passe dans le Kassaï central, c’est qu’en fait, depuis 2015, les autorités congolaises ont cherché à restructurer les chefferies coutumières, notamment en favorisant à des fins politiques et en vue de préparer le terrain des élections des notables qui sont affiliés au parti au pouvoir. Le statut de chef coutumier, chef traditionnel, a été remis en cause. Son pouvoir coutumier, ancestral a été refusé par les autorités congolaises parce qu’il ne soutenait pas le président Joseph Kabila.
 
Des hommes fidèles au chef assassiné, pour la plupart des mineurs armés de lances, de gourdins, de fétiches et parfois d’armes blanches et de fusils artisanaux, se sont soulevés contre les symboles du pouvoir de Kinshasa.
 
«Cette milice locale s’est mise à attaquer des institutions de l’Etat, des bureaux administratifs, des tribunaux, des mairies, des commissariats, des policiers, des militaires dans un but de revendication, de vengeance de la mort de leur chef. Les autorités ont répondu par une répression sanglante. Les soldats de l’armée congolaise ont eu recours à la force de façon disproportionnée et excessive.»
 
Selon la FIDH, toutes ces violences se déroulent souvent en toute impunité et semblent être encouragées et instrumentalisées par le pouvoir de Kinshasa.
 
«Ce qui nous inquiète, c’est que différents signaux peuvent laisser penser, sans qu’il y ait nécessairement des preuves objectives, que les autorités centrales de Kinshasa voient une opportunité au report des élections dans cette déstabilisation générale qui est en train de s’installer dans le pays. Quand vous avez une région où les groupes armés s’affrontent de tous côtés, l’enrôlement des électeurs et l’organisation des élections deviennent quelque chose d’extrêmement compliqués», confie Justine Duby à Géopolis.
 
Une situation politique totalement bloquée
La FIDH constate que la situation politique en RDC reste totalement bloquée depuis la signature de l’accord du 31 décembre 2016 qui était censé mettre en place un gouvernement de transition. Elle recommande au Conseil de sécurité de renforcer la présence de la Monusco à l’est, dans le centre et dans les grands centres urbains pour sécuriser le processus électoral.
 
«Il faut bien comprendre aussi que si le conseil de sécurité de l’ONU ne saisit pas bien l’enjeu de la situation actuelle et que finalement la situation se met à dégénérer parce que la Monusco n’est pas en mesure de répondre aux enjeux sécuritaires, politiques et des droits humains, la RDC va sombrer de nouveau. C'est-à-dire que tous les efforts qui ont été déployés et tout l’argent qui a été investi dans cette mission n’auront servi à rien», souligne Justine Duby.
 
La FIDH met en garde contre les conséquences dramatiques d’une déstabilisation générale de la RDC dans une région déjà en proie aux violences qui agitent le Burundi et le Soudan du Sud.