RDC: Mobutu ou les tenaces vestiges d'une dictature

Par Véronique le Jeune | Publié le 04/02/2018 à 16H31

A l'heure où le Congo de Joseph Kabila est secoué par des combats au Kasaï et au Sud-Kivu ainsi que par une répression meurtrière de manifestants réclamant la tenue d'élections sans cesse reportées depuis 2016, les ruines saccagées du dictateur Mobutu Sese Seko, au pouvoir de 1965 à 1997, tiennent toujours debout. Comme un pied de nez à la démocratie censée avoir remplacé un régime sanglant.

  • Dans l'une salles à manger Palais Bambous fresques gigantesques.
    01 /08
    Dans l'une des salles à manger du Palais des Bambous, des fresques gigantesques.

    C'est à Gbadolite, sa ville natale à l'extrême nord du pays, que le maréchal Mobutu, à la tête de l'ex-Zaïre pendant 32 ans, a choisi d'édifier un palais pharaonique, composé de plusieurs résidences. Conçue par l'architecte français Olivier-Clément Cacoub, la cité monumentale de 15.000 m² a été érigée sur 700 ha de plantations tropicales, dont une spectaculaire forêt de manguiers.  © John WESSELS / AFP

  • La salle bal aux lustres imposants est devenue terrain jeu enfants.
    02 /08
    La salle de bal aux lustres imposants est devenue le terrain de jeu des enfants.

    A ces joyaux s'ajoutaient une centrale hydroélectrique sur la rivière Ubangi, une grande parabole pour les transmissions satellites, des routes et un aéroport international capable d'accueillir le Concorde. Toutes installations qui sont aujourd'hui hors d'usage, au grand dam des édiles de Gbadolite retournée dans les profondeurs de la forêt tropicale. © John WESSELS / AFP

  • Les palais Mobutu à Gbadolite étaient surnommés «Versailles jungle»
    03 /08
    Les palais de Mobutu à Gbadolite étaient surnommés le «Versailles de la jungle»

    Du temps de leur splendeur, les différentes demeures, certaines aux façades modernes, employaient 700 personnes, dont des chauffeurs, des chefs coqs et des domestiques, sans compter 300 soldats pour la protection des lieux. © John WESSELS / AFP

  • Dans jardin botanique à l'abandon chimpanzé «Boss» est aujourd'hui roi
    04 /08
    Dans le jardin botanique à l'abandon, le chimpanzé «Boss» est aujourd'hui le roi

    Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Banga - autrement dit «le guerrier qui va de victoire en victoire sans que personne ne puisse l'arrêter» - se réjouissait de son zoo privé où ses invités pouvaient découvrir lions et autres lémuriens de Madagascar. Après la chute du despote, la plupart des animaux ont été mangés par des villageaois affamés. © John WESSELS / AFP

  • Le tombeau profané Marie-Antoinette première femme «Tigre Zaïre».
    05 /08
    Le tombeau profané de Marie-Antoinette, la première femme du «Tigre du Zaïre».

    Ce caveau, édifié dans le parc du Palais des Bambous à Gbadolite, renfermait également les dépouilles de trois des enfants de Mobutu. Après le renversement du dictateur zaïrois et le pillage des tombes, les corps ont été déplacés dans un petit cimetière voisin. © John WESSELS / AFP

  • Des nostalgiques Mobutu «l'homme léopard» poussent mimétisme très loin.
    06 /08
    Des nostalgiques de Mobutu, «l'homme léopard», poussent le mimétisme très loin.

    Chaque année depuis le 7 septembre 1997, date de la mort de l'ex-président zaïrois en exil au Maroc, une messe est célébrée en la cathédrale Notre-Dame du Congo de Kinshasa, la capitale de la RDC. © John WESSELS / AFP

  • Dans son autre palais à N'sele pavillons chinois chers au maréchal Mobutu.
    07 /08
    Dans son autre palais, à N'sele, les pavillons chinois chers au maréchal Mobutu.

    L'ex-chef de l'Etat zaïrois séjournait aussi plus près de Kinshasa, plus près de ses affaires politiques dont il voulait toujours sortir plus fort. Mais trop de corruption, trop de crimes, trop de pauvreté ont engendré une guerre civile qui mettra un terme au régime tyrannique du maréchal, renversé par Joseph Kabila père, aidé par le Rwanda voisin, en mai 1997. © John WESSELS / AFP

  • Le palais abrite désormais campement Garde républicaine Kabila.
    08 /08
    Le palais abrite désormais le campement de la Garde républicaine de Kabila.

    N'sele se trouve à une quarantaine de km de la capitale Kinshasa. © John WESSELS / AFP