Eclairage

Politique,  Niger,  Afrique

Révélations sur la base américaine de drones au Niger

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 22/08/2018 à 12H13

Drone américain
Drone américain Reaper (aux couleurs de l'armée française) © DOMINIQUE FAGET / AFP

Les Américains sont militairement installés au Niger. Cela n’est pas nouveau. Mais selon le site The Intercept, la construction d'une base aérienne à Agadez est suffisamment importante pour dépasser le quart de milliard de dollars d'ici 2024. Et encore, ce prix semble sous-estimé, selon ce média indépendant qui précise que les drones armés américains seront opérationnels au Niger en 2019.


Selon le média indépendant américain Intercept, qui cite un porte parole de l’US Air Force, «cette base, qui fait partie de l’expansion américaine en Afrique, est la plus onéreuse construction de bases jamais entreprise par les forces aériennes américaines». Le précédent record appartenait à la base Phan Rang, pendant la guerre du Vietnam en 1969, qui abritait quelque 150 avions, aux dires du site.

Des drones Reaper à Agadez
L’envolée des budgets de la base 201 provient notamment du terrain difficile sur lequel elle est installée et le manque d’infrastructures au Niger. La seule construction de l'installation, implantée à Agadez, serait passée d’un coût de 50 à 100 millions de dollars. La base, qui devait au départ abriter des drones d'observations, est en fait dimensionnée pour accueillir des drones armés MQ-9 Reaper. 

Vidéo du ministère de la Défense des Etats-Unis (Video by Tech. Sgt. Robert Webb, 435th Air Expeditionary Wing Public Affairs)  


Pizzas et poisson au milieu du désert
Il faut aussi dire, précise Intercept, que tout le confort américain a été importé dans cette installation du bout du monde, vu de Washington. Le média américain décrit toutes les commodités qui seront fournies aux militaires sur place, très loin des capacités du Niger.

La base a ses «grandes antennes paraboliques; des rangées de tentes climatisées, et un centre de repos qui sert à la fois de chapelle et de centre de loisirs, avec Wi-Fi et bibliothèques remplies de peu de livres mais de nombreux films.et jeux de société. Sortez de la chaleur à trois chiffres (en degrés Fahrenheit, NDLR) dans le café Dezert, climatisé et habilement nommé, et vous pourrez regarder du hockey sur glace sur un téléviseur grand écran tout en dégustant du poulet, des pizzas ou du poisson, des biscuits ou des chips, noyer le tout avec de l'eau en bouteille, Snapple, Sprite, Gatorade, Coke ou Dr Pepper. Chaque table de cafétéria est même équipée d'une bouteille de désinfectant jaune pour les mains et de tous les condiments (ketchup, moutarde, sauce à bifteck, sauce piquante, sriracha, sauce soja, Tabasco )que vous pouvez espérer.» 
 

Les hangars de la base américain 201 d'Agadez (Ministère de la Défense des Etats-Unis) (Video by Staff Sgt. Jonathan A Guzman, 435th Air Expeditionary Wing Public Affairs)


Un budget annuel de plus de 30 millions de dollars est nécessaire pour faire fonctionner le tout. Si les Etats-Unis investissent autant, c'est que l'enjeu semble important. Pour les Américains, cette base a un rôle essentiel «contre sept organisations terroristes et les menaces (pesant) sur le Niger, le Tchad», dans le soutien aux opérations françaises et à la surveillance de la Libye et du Nigeria.

La  présence américaine au Niger, déjà importante, «s'est élargie ces dernières années à une force de 800 hommes qui accompagne les troupes nigériennes dans la collecte de renseignements et dans d'autres missions», rappelle aljazeera.com qui ajoute que «les drones MQ-9 qui volent actuellement à Niamey seront finalement déplacés vers la base aérienne 201, qui est en cours de construction à Agadez, au bord du désert du Sahara».

Depuis 2016 , les États-Unis ont mené des centaines de frappes de drones depuis Niamey visant Al-Qaïda et des militants de l’État islamique, dont deux en juin dans la Libye voisine. Les forces américaines opèrent également aux côtés des forces nigériennes, un fait mis en évidence par une embuscade lancée par l' Etat islamique le 4 octobre 2017. Ce jour-là, quatre soldats américains avaient été tués