Sénégal: à Kayar, la pêche régit la vie des hommes

Par Laurent Filippi | Publié le 28/07/2017 à 15H30, mis à jour le 28/07/2017 à 15H45

A 60 km de Dakar, se trouve Kayar («entre mer et terre» en wolof), un village de pêcheurs. Si habituellement 20.000 personnes vivent ici, la population peut tripler pendant la haute saison (de janvier à juin) quand la campagne de pêche bat son plein. Grâce à un gouffre profond proche du rivage, des tonnes de poissons sont remontées dans les filets. Toute une infrastructure se met alors en place.

Comme le raconte Nathalie Guironnet, «à Kayar, tous les corps de métiers liés à la pêche sont représentés. Charpenterie marine, peinture, charretiers pour le transport du poisson, des clients, mais aussi fétichistes, tisseurs de paniers en rônier… tout le monde participe à la vie du village. Une micro-économie entre tradition et modernité qui alimente de nombreux étals de poissons dans le monde. Une aire marine protégée a été mise en place, ainsi qu’un laboratoire de qualité et de surveillance. Ces deux entités assurent un contrôle quotidien.»
 
Nathalie Guironnet vit depuis plus de 35 ans en Afrique, dont de nombreuses années au Sénégal. Cette photodictate explique: «Si je réfléchis à ma pratique de la photographie, souvent je me dis que l'acte de photographier en lui-même me suffit. J'ai du mal à justifier mon travail à travers des idées sociales, des problèmes humains, sanitaires, météorologiques. Certes, je suis consciente que la force d’une photo réside dans son pouvoir visuel, mais je suis aussi persuadée qu’il n’est pas forcément indispensable de faire de la photo choc pour transmettre des idées. On peut aussi faire passer des émotions à travers des images quotidiennes, des scènes qu’on voit tous les jours sans les regarder, en passant à côté.»
 
 Géopolis vous propose de découvrir 15 photos de son reportage «Entre ciel et mer».

  • En haute saison
    01 /15
    En haute saison,

    des milliers de migrants saisonniers arrivent de tous les principaux villages de pêche sénégalais (Mbour, Saint-Louis, Joal, Dakar) à Kayar. Sur la plage, tout le monde vient prendre l’air, regarder les pêcheurs décharger, acheter du poisson, vendre des bijoux, du tissu ou encore du café.  © Nathalie Guironnet

  • Les propriétaires pirogues
    02 /15
    Les propriétaires de pirogues,

    quelles soient petites, moyennes ou grandes, vont trouver ici toute la main d’œuvre nécessaire (parfois même étrangère) pour partir en mer et décharger le poisson.  © Nathalie Guironnet

  • De nombreux journaliers
    03 /15
    De nombreux journaliers,

    reconnaissables à leur coussinet rembourré sur la tête, attendent de décharger le poisson. Une fois remplies, les caisses peuvent peser 50 kilos. © Nathalie Guironnet

  • Lors grandes marées
    04 /15
    Lors des grandes marées,

    plus de 2.000 pirogues attendent sur le sable que la mer se calme. Les migrants saisonniers qui arrivent avec leurs femmes et leurs enfants logent dans des conditions précaires. Certains trouvent refuge dans des écoles ou encore sur la plage.  © Nathalie Guironnet

  • Pirogues à rame individuelles pour pêcher «à palangrotte»
    05 /15
    Pirogues à rame (individuelles) pour pêcher «à la palangrotte»,

    petites pirogues à moteur qui partent à la journée (quelques personnes) et très grosses pirogues motorisées (plusieurs dizaines d’hommes) qui naviguent la nuit et pour plusieurs jours… on trouve içi toutes les tailles d’embarcations. © Nathalie Guironnet

  • Les pêcheurs pratiquent méthode traditionnelle «senne tournante»
    06 /15
    Les pêcheurs pratiquent une méthode traditionnelle de «senne tournante»,

    une chaîne de ramassage de poissons «collaborative» qui se fait à plusieurs embarcations. Ce type de pêche cible les poissons de type sardines, harengs, anchois, chinchards, maquereaux. © Nathalie Guironnet

  • Les vendeuses sur plage
    07 /15
    Les vendeuses sur la plage

    proposent toutes sortes de poissons en fonction des saisons: thons, sabres, mérous (rouge, blanc, jaune), poulpes, bars, mulets, lottes, machoirons, raies, espadons, barracudas…  © Nathalie Guironnet

  • Les journaliers s’organisent alors en chaîne
    08 /15
    Les journaliers s’organisent alors en chaîne

    et vont décharger en tas sur la plage sous les yeux du propriétaire de la pirogue, des badauds et des acheteurs potentiels.  © Nathalie Guironnet

  • Une fois déchargé
    09 /15
    Une fois déchargé,

    le poisson est de nouveau conditionné en caisse par les journaliers. Ces derniers sont payés à la tâche. Quand elles ont fait une bonne pêche, les très grosses pirogues viennent décharger leurs poissons directement sur les plages, les manœuvres «d’abordage» sont délicates en fonction des marées.  © Nathalie Guironnet

  • Une file se forme sur chemin vers hall
    10 /15
    Une file se forme sur le chemin vers le hall

    où les camions frigorifiques attendent le poisson. Une méthode de comptage traditionnelle permet de savoir approximativement combien de kilos sont déchargés: un poisson par caisse sera mis systématiquement de côté.  © Nathalie Guironnet

  • Le poisson première qualité part à l’exportation
    11 /15
    Le poisson de première qualité part à l’exportation,

    les autres iront au marché local. Plusieurs intermédiaires se disputent le marché du poisson, depuis le déchargement jusqu’au camion de départ.  © Nathalie Guironnet

  • Rangée sur sol
    12 /15
    Rangée sur le sol,

    la sardinelle (le «keccax») est fumée sous des feuilles de filao à même le sol ou dans les fumoirs artisanaux. © Nathalie Guironnet

  • D’autres variétés poisson sont fermentées dans sel dans puits
    13 /15
    D’autres variétés de poisson sont fermentées dans le sel dans des puits,

    ou séchées au soleil sur des râteliers. Ce sont là encore des centaines de kilos qui seront consommés sur le marché local et exportés dans la sous-région. © Nathalie Guironnet

  • A fin saison
    14 /15
    A la fin de la saison,

    les filets sont nettoyés, démêlés et rangés, au rythme des chants des pêcheurs. Plusieurs charrettes sont nécessaires pour les transporter. Les filets sont très longs (plus d’un kilomètre) et lourds (plusieurs hommes sont nécessaires pour les tirer et les ranger). © Nathalie Guironnet

  • Les pirogues sont hissées sur sable
    15 /15
    Les pirogues sont hissées sur le sable

    par des dizaines de pêcheurs et habitants, au prix de très gros efforts. Puis un concours de pirogue clôture une campagne bien remplie. © Nathalie Guironnet