Clap

Environnement,  Economie,  Sénégal

Sénégal: la plus grande centrale solaire photovoltaïque de l’Afrique de l’Ouest

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 03/07/2017 à 14H40

Centrale sénégalaise Bokhol
La centrale solaire sénégalaise de Bokhol en 2016. Aujourd'hui, cette centrale est doublée par la centrale de Mékhé. © SEYLLOU / AFP

Le Président de la République du Sénégal, Macky Sall, a inauguré le 29 juin 2017 une nouvelle centrale solaire photovoltaïque située à Sinthiou Mékhé, dans la région de Thiès, à 80 km de Dakar. Selon les autorités sénégalaises, l’infrastructure est la plus grande de l’Afrique de l’Ouest. Elle est composée de 92.000 panneaux solaires et peut alimenter 200.000 ménages.


«Le Sénégal continue ainsi son expansion dans le domaine du mix énergétique avec la multiplication de centrales solaires, après la livraison de celle de Bokhol d’une capacité de 20 mégawatts en octobre 2016, et 8 autres annoncées dans les années à venir», précise le site Financial Afrik.

Pour le journal de Dakar, Le Soleil, «cette troisième centrale solaire de Santhiou Mékhé, d’un coût de 27 milliards de FCFA, permettra d’injecter 30 MW dans le réseau de la Senelec, soit l’équivalent de la consommation annuelle de plus de 200.000 ménages ou deux millions de personnes, si l’on part du postulat que chaque ménage sénégalais couve une dizaine de personnes. Pour avoir misé sur les énergies propres, le président Macky Sall conforte ses convictions que le mix énergétique est la voie royale pour, dans des délais raisonnables, amener l’électricité dans les villages qui, de guerre lasse, pensaient être au ban de la modernité.»


Vidéo Dakaractu TV, mise en ligne le 29 juin 2017.

Porté par le fonds d’investissement français Meridiam, le fonds souverain sénégalais Fonsis, l’entreprise sénégalaise Senergy SUARL, et construite par Solairedirect, membre du groupe Engie, ce projet a bénéficié d’un prêt de 34,5 millions d’euros de Proparco (une entité de l'Agence française de développement) en mai 2016.

Le Sénégal entend bien multiplier ce type d'investissements, qui s'inscrivent dans la volonté de fournir de l'électricité au pays avec une forte proportion de solaire. «En ce mois de juillet, le Sénégal est à 19%, sur un objectif de 20% d’énergies renouvelables préalablement fixé pour décembre 2017», se félicite Le Soleil.

Le Maroc reste en pointe dans le solaire africain
La fourniture d'électricité reste un enjeu majeur du développement en Afrique, où un habitant sur deux n'a pas accès à cette énergie. Les réseaux de distribution sont souvent limités et la production autonome reste importante (générateurs et parfois kits solaires). «La puissance solaire installée en Afrique est encore anecdotique, loin derrière le charbon, l’hydraulique ou même les millions de générateurs qui continuent d’éclairer le continent», notait Jeune Afrique au début 2017, tout en précisant que les constructions de centrales solaires tendaient à se multiplier. Le journal citant notamment que «des parcs doivent être construits cette année en Zambie (100 MW), au Burkina Faso (53 MW)», sans parler du Ghana

«L’Afrique compte 7 des 10 pays les plus ensoleillés au monde : le Tchad, l’Egypte, le Kenya, Madagascar, le Niger, l’Afrique du Sud et le Soudan. Quelques projets d’énergie solaire ont vu le jour ces dernières années ailleurs sur le continent, et l’intérêt pour la conception de nouveaux projets n’a cessé de croître. Le développement de l’énergie solaire en Afrique reste toutefois modeste», notait une publication de l'ONU. Sur le continent africain, le Maroc est un des rares à vraiment jouer le solaire. Le royaume abrite toujours la plus importante centrale solaire du continent.