Le point sur...

Société,  Sénégal,  Afrique

Sénégal: le mouvement #Touchepasamoncorps veut «éliminer» l'excision

Par Alain Chemali@GeopolisAfrique | Publié le 03/02/2018 à 09H25, mis à jour le 04/02/2018 à 11H54

Sur place centrale Malicounda Bambara
Au Sénégal, des représentantes de quelque 2700 villages et leurs environs manifestent contre la pratique de l'excision sur la place centrale de Malicounda Bambara, le 5 août 2007. © GEORGES GOBET/AFP

Depuis le 29 janvier 2018, un nouveau hashtag, dans la foulée de ceux qui ont fleuri après l’affaire Weinstein sur les réseaux sociaux, a fait son apparition à Dakar. L’association Les Sénégalaises a lancé un mouvement baptisé «Touche pas à mon corps» pour soutenir les femmes victimes de violences sexuelles. Objectif déclaré: éliminer la pratique de l’excision.


Partie de Hollywood avec l’affaire Weinstein, du nom du producteur américain accusé de viols et de harcèlement sexuel, la libération de la parole des femmes n’en finit pas de se propager à la surface du globe, notamment sous forme de hashtag sur les réseaux sociaux.

L'objectif de #Touchepasamoncorps, éliminer l'excision
Après le #metoo américain et le #balancetonporc français, le #Touchepasamoncorps sénégalais est plus en résonance avec le slogan «Touche pas à mon pote» du mouvement SOS racisme apparu en France en 1984, mais il s’agit bien d’un mouvement de soutien aux femmes victimes de violences sexuelles.
 
Plus précisément, pour l’association Les Sénégalaises, dont le communiqué a été diffusé par le site Senego, il s’agit de lutter contre la pratique de l’excision et pas seulement au Sénégal. «On rencontre ces pratiques principalement dans 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, mais les mutilations génitales féminines restent cependant un problème universel, étant donné qu’elles sont aussi pratiquées dans certains pays d’Asie et d’Amérique latine», rappelle l’association.
 
L’objectif de cette campagne de sensibilisation est de «faire passer un message de soutien universel aux filles et femmes victimes de ces pratiques et de mieux informer la population sur les conséquences de la pratique de l’excision et, sur le long terme, de l'éliminer».
 
Violation des droits des filles, des femmes et des enfants
Dans leur communiqué, les initiatrices du mouvement insistent sur le fait que ces mutilations génitales féminines «sont considérées comme une violation des droits des filles et des femmes. Elles reflètent une profonde inégalité entre les sexes et constituent une forme extrême de discrimination à l’égard des femmes.»
 
Stop aux mutilations génitales

Le tract de lancement de la campagne de l'association Les Sénégalaises, publié par le site Senego, le 29 janvier 2018. © SENEGO


Le texte insiste également sur le fait que ces mutilations, pratiquées le plus souvent sur des mineures sont également une «violation des droits de l’enfant». Tout comme elles «violent également les droits à la santé, à la sécurité et à l’intégrité physique, le droit d’être à l’abri de la torture et de traitements cruels, inhumains ou dégradants, ainsi que le droit à la vie lorsqu’elles ont des conséquences mortelles.»
 
La démarche des Sénégalaises intervient à quelques jours du 6 février, proclamé par l’ONU «Journée internationale de la tolérance zéro à l’égard des mutilations génitales féminines».

Au Sénégal, 88% des femmes excisées avant l'âge de 5 ans 
Dans un rapport publié en juillet 2016, les Nations Unies rapportait que 200 millions de femmes et de filles avaient subi des mutilations génitales dans une trentaine de pays d’Afrique et du Moyen-Orient. En Afrique c’est 92% de jeunes filles de 10 ans et plus qui ont connu ces atteintes dangereuses et irréversibles, dont 44 millions de moins de 14 ans.
 
Au Sénégal, où l’excision touche encore 25% de la population, selon un chiffre de 2014, 88% des femmes excisées le sont avant l’âge de 5 ans. Ces pratiques ont toutefois tendance à reculer grâce à l’action de plusieurs associations dont World Vision Sénégal ou Grand Mother Project.
 
En 2015, 6176 communautés du pays ont déclaré avoir abandonné la pratique de l’excision contre 5934 en 2014. «Des résultats encourageants et porteurs d’espoir. Les mentalités évoluent doucement et cette pratique est de plus en plus désapprouvée», estime le site Nouvelles de Dakar. 
 
«Pour éliminer la pratique de l’excision, nous devons accentuer l’information et la prévention parmi la population, c’est pourquoi il faut faire un maximum de bruit pour cette campagne!», ajoute l’association Les Sénégalaises.
 
Elle invite toutes les femmes à poster une photo sur les réseaux sociaux avec une croix dessinée sur la paume de la main accompagnée de la légende #Touchepasamoncorps.