Clap

Environnement,  Seychelles,  Afrique

Seychelles: plaidoyer pour une eau potable et durable

Par Catherine Le Brech@GeopolisAfrique | Publié le 23/10/2017 à 16H34, mis à jour le 23/10/2017 à 16H34

Sur î La Digue aux Seychelles août 2015
Sur l'île de La Digue, aux Seychelles (août 2015). © Natalia Seliverstova / RIA Novosti / Spoutnik

Aux Seychelles, archipel aux 115 îles situé dans l’océan Indien, les habitants sont invités à préserver la ressource en eau potable. Et à boire de l'eau du robinet plutôt que de l’eau en bouteille plastique...


Depuis août 2017, la page Facebook du site de l’ONG Nature Seychelles relaye une campagne qui a notamment pour objectif de réduire le nombre de bouteilles en plastique éliminées dans la nature. «Malgré le fait que les bouteilles soient en PET et potentiellement recyclables, beaucoup sont tout simplement jetées» n'importe où, lance le directeur général de Nature Seychelles, Nirmal Jivan Shah, insistant sur le préjudice environnemental.

La récupération de ces déchets en plastique existe pourtant et leur recyclage est financé grâce à la taxation des bouteilles préformées qui arrivent dans le pays. Lesquelles, une fois récupérées après usage, sont réexpédiées pour transformation (notamment au Royaume-Uni).
 
Quant à l’eau du robinet...
Il faut aussi «convaincre les gens de la qualité de l'eau traitée» pour les inciter à boire de l'eau du robinet, déclare sur le site Seychelles News Agency Nirmal Jivan Shah. Alors même qu’ils ont pour la plupart accès à une eau potable, de nombreux Seychellois s’en méfient (en cause, une couleur jaunâtre ou un goût désagréable à certaines périodes de l'année), lui préférant l’eau en bouteille.

Nature Seychelles fait campagne pour l'eau robinet
Nature Seychelles fait campagne pour l'eau du robinet. © Capture d'écran FTV du site ​Nature Seychelles
 
Si certaines agences de voyages indiquent sur leurs sites que l'eau du robinet est potable, d’autres vont dans le sens des sceptiques et recommandent aux touristes de boire de l’eau minérale. Quant au site France Diplomatie, il conseille même aux voyageurs de «ne boire que de l’eau ou des boissons encapsulées ou de l’eau rendue potable (filtration, ébullition ou à défaut produit désinfectant)»...

Pas de quoi rassurer les Seychellois sur la qualité de leur eau du robinet. Pour autant, selon Nirmal Jivan Shah, «l'eau en bouteille n'est pas bon marché et aux Seychelles, où le coût de la vie est élevé, cela pèse dans le budget d'un individu ou d'un ménage». Un argument qui devrait à terme plaider en faveur de l'eau du robinet auprès des habitants les plus modestes…

Sensibiliser la population 
Quoi qu'il en soit, durant les fortes périodes de sécheresse, et en attendant d'exploiter plusieurs sources souterraines, les usines de dessalement doivent prendre le relais pour approvisionner en eau potable les habitants.
 
«Le ministère de l’Environnement et la Public Utilities Corporation (qui détient le monopole de l'exploitation des réseaux d'eau et d'assainissement sur les îles principales de l'archipel, Mahé, Praslin et La Digue) cherchent donc à sensibiliser la population, non seulement aux problèmes de pollution, mais aussi à l'utilisation durable de l'eau.

Un programme de modernisation de la ressource
Le ministre de l'Environnement Didier Dogley a prévenu: «La demande en eau traitée augmente d'environ 5% par an et à ce rythme, elle n'est pas soutenable. Selon les experts, avec le changement climatique, les Seychelles seront confrontées à un stress hydrique croissant avec des précipitations devenant irrégulières et des sécheresses persistantes.» 
 
Les pouvoirs publics ont donc mis en œuvre un schéma directeur d’alimentation en eau potable – qui concerne les trois îles principales où vivent la majorité des 93.000 habitants. Il vise «à améliorer l’efficacité du service d’eau aux Seychelles ainsi qu’une gestion optimale de la ressource en eau. L’objectif est de pouvoir satisfaire la demande en eau potable à l’horizon 2030» pour tout le pays.