Clap

Société,  Côte d'Ivoire,  Afrique

Sida: les Américains allouent 140 millions de dollars à la Côte d'Ivoire

Par Catherine Le Brech@GeopolisAfrique | Publié le 08/05/2018 à 17H19

Marche anti-sida à Abidjan 30 novembre 2014
Marche anti-sida à Abidjan, le 30 novembre 2014. © AFP PHOTO / SIA KAMBOU

Les Etats-Unis ont annoncé, le 7 mai 2018, qu'ils allaient débloquer une aide financière sur un an pour lutter contre l'épidémie de sida en Côte d'Ivoire. Ce pays d’Afrique de l’Ouest compte quelque 460.000 personnes infectées par le VIH.


Il s’agit d'une aide de 140 millions de dollars (115 millions d'euros, 77 milliards de francs CFA) programmée d'octobre 2018 à septembre 2019, a annoncé le 7 mai l’ambassade américaine.
 
Cette initiative, qui fait partie du Plan d’Urgence du Président Américain pour la Lutte contre le sida (PEPFAR), avait été lancée par George W.Bush en 2003. Elle a pour objectif de «réduire radicalement l'infection par le VIH» et de «réduire les décès liés au VIH afin d'aider le gouvernement ivoirien à atteindre une génération sans VIH et sans sida».
 
Dans ce cadre, un mémorandum entre Deborah Birx, la coordinatrice américaine de la lutte contre le sida dans le monde, et la Côte d'Ivoire a été signé à Washington le 20 avril 2018.

 
En Côte d'Ivoire, 2,7% de la population – 24 millions d’habitants – est infectée par le VIH (soit 460.000 personnes), l'un des taux les plus élevés d’Afrique de l'Ouest, selon des chiffres de l'Onusida. Les enfants (4,3%) et les femmes (56,5%) sont les plus touchés par la maladie.
 
En 14 ans, l’aide américaine, 1,5 milliard de dollars (1,25 milliard d'euros, 800 milliards de FCA) a permis de «dépister plus de 10 millions de personnes, de mettre sous traitement antirétroviral 220.000 personnes et d'offrir des services de soins et soutien à plus de 300.000 orphelins et enfants rendus vulnérables du fait du VIH.»
 
Selon le site African Manager, «le financement américain est actuellement responsable de la moitié des tests de dépistage du VIH / SIDA en Côte d’Ivoire et plus d’un tiers (37%) de tous les traitements antirétroviraux».