Eclairage

Politique,  Somalie,  Afriques

Somalie: Al-Qaïda ou Daech, quelle «franchise» pour les islamistes shebabs?

Par Eléonore Abou Ez@GeopolisAfrique | Publié le 26/11/2015 à 12H00, mis à jour le 15/06/2017 à 11H49

Des combattants shebabs dans village dans sud Somalie en 2011
Des combattants shebabs dans un village dans le sud de la Somalie en 2011. © AFP/Abdurashid Abdulle

L’Etat islamique attire de plus en plus de djihadistes étrangers et fait de la concurrence à Al-Qaïda. Après l’allégeance de Boko Haram au Nigeria, des islamistes somaliens sont tentés de rejoindre Daech mais leur direction est divisée.


«Quiconque dit appartenir à un autre mouvement islamique, tuez-le immédiatement.» C’est le mot d’ordre de Muhamed Abu Abdalla, haut responsable des shebabs dans la région du Bas Shabelle dans le sud de la Somalie. Dans un discours diffusé à la radio, il menace d’ «égorger» tous ceux qui veulent s’allier à l’Etat islamique. 

Défections et sanctions
Affiliés à Al-Qaïda depuis 2012, les shebabs (les jeunes en arabe) s’étaient déclarés ouvertement comme le seul groupe djihadiste «légitime» en Somalie et en Afrique de l’Est. Mais aujourd’hui il y a de la concurrence, et ils risquent de perdre ce monopole.
Fin octobre 2015, un responsable shebab et plusieurs petites factions ont fait défection pour rejoindre Daech. Tous ceux qui ont quitté les rangs des shebabs ont été châtiés et leur chef a été tué par les fidèles d’Ahmed Diriyé, le numéro 1 du mouvement.
 
Divisions  
Si le dirigeant des shebabs est un allié loyal d’Al-Qaïda, d’autres responsables du groupe sont tentés par un rapprochement avec l’organisation Etat islamique à l’instar des islamistes de Boko Haram au Nigeria. L’un des plus fervents partisans d’un changement d'alliance serait le chef de la police secrète Mahad Karaté. «Ces querelles sont classiques au sein de ces groupes où l’on cherche à s’allier avec l’organisation qui a la meilleure image médiatique», affirme à Géopolis, Philippe Hugon, directeur de recherches à l’Iris en charge de l’Afrique.
 
Capacité de nuisance
Affaiblis depuis qu’ils ont été chassés de Mogadiscio en 2011 par les forces de l’Amisom (Mission de l'Union Africaine en Somalie), les shebabs cherchent une nouvelle impulsion. La trouveront-ils avec Daech? «Vu comment ils éliminent les partisans de l’Etat islamique, l’alliance n’est pas envisagée à court terme», précise le site Somalia Newsroom. En attendant, les islamistes somaliens restent nuisibles dans leur pays mais aussi dans les pays voisins qui fournissent des troupes à l'Amisom. Le Kenya a été la cible d'une série d'attaques meurtrières