Clap

Société,  Soudan,  Afrique

Soudan: peine de mort annulée pour Noura Hussein qui avait tué son violeur

Par Géopolis (avec AFP)@GeopolisAfrique | Publié le 27/06/2018 à 13H59, mis à jour le 27/06/2018 à 13H59

Noura Hussein
Affiche de campagne médiatique pour l'annulation de la condamnation à mort de Noura Hussein. © DR

La Cour d'appel a annulé la sentence de mort contre Noura Hussein, une jeune Soudanaise de 19 ans mariée de force à 16 ans, condamnée en mai à la peine capitale pour avoir tué son mari qu'elle accuse de l'avoir violée. Au Soudan, la loi autorise le mariage des enfants de plus de 10 ans. Sa condamnation à mort avait déclenché l'indignation internationale.


«La cour d'appel a annulé la sentence de mort et a condamné la (jeune femme) à cinq ans de prison» et à payer une amende de 337.500 livres soudanaises (12.000 dollars), a affirmé Al-Fateh Hussein, avocat de Noura Hussein, à l'AFP. La peine de prison court depuis la date de son arrestation, en mai 2017. 

Selon Amnesty International, Noura Hussein a été mariée de force à l'âge de 16 ans. Lorsqu'elle a refusé de consommer le mariage, son mari a appelé en mai 2017 deux de ses frères et un cousin pour qu'ils l'aident à la violer. «Le 2 mai 2017, les trois hommes ont maintenu Noura Hussein pendant qu'Abdulrahman la violait. Le lendemain matin, il a essayé de la violer une nouvelle fois, mais elle a réussi à s'échapper dans la cuisine, où elle a saisi un couteau. Lors de la bagarre qui s'en est suivie, Abdulrahman a reçu des coups de couteau qui ont provoqué sa mort», détaillait l’ONG.



Des militants avaient lancé une campagne intitulée Justice pour Noura après sa condamnation à mort. Amnesty International s'est félicitée de la décision de commuer la sentence de la jeune femme. Cette décision «doit maintenant mener à une révision des lois pour faire en sorte que Noura Hussein soit la dernière personne à devoir endurer une telle épreuve», a dit Seif Magango, directeur adjoint régional d'Amnesty, dans un communiqué.


Au Soudan, la loi autorise le mariage des enfants de plus de 10 ans. L'ONU a exhorté le Soudan à modifier ses lois pour criminaliser la violence domestique et le viol conjugal.