Clap

Société,  Afrique

State Afrique: un site satirique pour rire de l’actualité

Par Eléonore Abou Ez@GeopolisAfrique | Publié le 07/12/2017 à 12H18

Des bus volants à Conakry selon site State Afrique
Le site satirique State Afrique a sorti un article sur «les bus volants révolutionnaires» qui mettent fin aux embouteillages interminables à Conakry en Guinée. © Capture d'écran du site State Afrique

Comment critiquer des dirigeants super-puissants sans s’attirer trop d’ennuis? De nombreux médias africains misent sur l’humour pour tourner en dérision la politique et l'information. Exemple: State Afrique, un site en ligne qui prêche le faux pour valoriser le vrai.

 
Des cours de natation obligatoires pour combattre l’émigration, une grève de la faim du président Gnassingbé au Togo ou bien encore un sous-marin nucléaire au Mali pour lutter contre les djihadistes… Emigration, crise politique, terrorisme…

State Afrique (avec un T) traite les sujets épineux au second degré et pique à vif la curiosité des lecteurs.

Sate Afrique
Le site satirique State Afrique © Capture d'écran

De vraies «fake news»
State Afrique a été lancé en juin 2017 par une dizaine de personnes, dont des graphistes, des informaticiens et des chômeurs basés sur le continent. Des «farceurs» qui préfèrent rester anonymes, comme l’explique RFI qui nous a permis de découvrir le «Gorafi» africain.

Article State Afrique 2
Article du site satirique sur un «centre de lutte contre la vieillesse en Algérie». © Capture d'écran

Politique, société, sciences, people et technologie. Les rubriques sont variées et toujours drôles.

On découvre ainsi des bus volants comme une solution aux embouteillages en Guinée, un centre anti-vieillesse qui accueille le président Bouteflika en Algérie, une association de SDF au Congo qui soutient les institutions et l'Union Africaine qui lance un programme de lutte contre l'ubérisation de la fonction présidentielle.

State Afrique, né du constat que l'actualité africaine était «sous-traitée par des médias ocidentaux qui ne connaissent rien de ce continent ou par des médias nationaux à la solde des plus puissants», a choisi de présenter l'Afrique autrement. Une Afrique libre qui joue avec ses maux.