Vidéo

Chine,  Asie-Pacifique

Tianjin, éco-cité de Chine

Par Jean Serjanian (avec agences)@GeopolisAfrique | Publié le 03/07/2012 à 09H25, mis à jour le 15/11/2012 à 16H02

Les éoliennes parsèment partout paysage urbain Tianjin
Les éoliennes parsèment partout le paysage urbain de Tianjin © AFP

Tianjin, à quelque 150 kilomètres à l'est de Pékin, est un modèle de ville du futur. Les travaux de construction de l'éco-cité ont débuté en 2008 et bien que l'ensemble ne sera achevé qu'en 2020, une soixantaine de familles a déjà emménagé cette année dans l'une des résidence «vertes» de ce complexe de 30 kilomètres carrés.

La nouvelle ville a été créée de toutes pièces en plein milieu d'anciens marais salants et de villages de pêche près de la ville portuaire industrielle de Binhai. A première vue, l'éco-cité de Tianjin ressemble à n'importe quel autre projet immobilier haut de gamme chinois, avec ses rangées d'immeubles identiques et ses larges rues aux bas-côtés bien entretenus.

En fait, cette zone de développement se veut être un modèle durable et soucieux de l'environnement, dans un pays où l'urbanisation rapide, la pollution et la circulation automobile rendent les grandes villes de plus en plus invivables.

Les logements sont prévus avec des doubles vitrages, près de 60 % des déchets ménagers y seront recyclés et 20 % de l'énergie consommée proviendra d'énergies renouvelables comme l'éolien et le solaire. Une fois traitées, les eaux usées seront acheminées vers un lac et réutilisées. Quant au réseau de transports, il utilisera des véhicules hybrides (fonctionnant à l'essence et à l'électricité).


AFP, le le 17 juin 2012


Les gouvernements chinois et singapourien ont mis en commun expertise et moyens financiers pour développer la future éco-cité de 350.000 habitants, avec ses écoles, ses équipements médicaux et ses quartiers d'affaires.

«En Chine, nous avons une population très nombreuse, mais nous manquons de ressources naturelles. La surexploitation de ces ressources signifie que nos villes ne peuvent se développer de manière durable», explique le directeur du projet, Wang Meng. «Les villes écologiques sont une expérience qui est menée dans ce contexte. Grâce aux éco-cités, nous cherchons à concilier mode de vie durable, industrialisation et urbanisation du pays», ajoute-t-il.

L'éco-cité de Tianjin n'est pas le premier projet du genre en Chine. En 2005, la Chine et la Grande-Bretagne ont collaboré pour la création d'une «ville du futur» sur une île au large de Shanghai. Un projet entaché d'accusations de corruption qui s'est vite enlisé. Mais aujourd'hui, les projets d'"éco-villes" poussent comme des champignons à travers le pays, où les promoteurs se bousculent pour tirer profit de la nouvelle tendance favorable à l'écologie et où les autorités gouvernementales locales cherchent à attirer dans leur région les investisseurs étrangers.