Clap

Société,  Economie,  Tunisie,  Afrique

Tunisie: le difficile accueil des migrants rescapés de la Méditerranée

Par Géopolis avec AFP@GeopolisAfrique | Publié le 14/09/2018 à 16H46, mis à jour le 14/09/2018 à 16H46

Centre d'accueil migrants en Tunisie
Le 28 août 2018, des migrants africains se rassemblent dans un centre dans la ville de Médenine, dans le sud-est du pays. L'installation est la seule en Tunisie à accueillir des migrants qui ont atteint le pays illégalement.  © FATHI NASRI/AFP

Confrontée elle-même à des difficultés sociales et une instabilité politique qui poussent nombre de ses ressortissants à tenter la traversée de la Méditerranée, la Tunisie rejette l'idée européenne de devenir une «plateforme de débarquement» pour rescapés. L’absence de législation sur l’asile et d’infrastructures rend déjà très difficile l’accueil de ceux qui s’y trouvent réfugiés.


«Les Tunisiens veulent quitter leur pays, nous aussi, nous voulons partir pour l'Europe!» A lui tout seul, Ali Ibrahim Nadi, un Egyptien de 26 ans hébergé à la dure dans le seul centre d'accueil en Tunisie, résume le sentiment de nombreux migrants rescapés.

Le seul centre d'accueil du Croissant rouge complètement débordé 
La Tunisie n'est actuellement dotée que d'un centre pour accueillir les étrangers arrivés clandestinement. Situé à Médenine dans le Sud, il est géré par le Croissant-Rouge et est complètement débordé, avec deux fois plus de migrants que de lits.
 
Dans une petite chambre où les effets personnels s'entassent sur cinq lits dans une chaleur étouffante, Georgie Ndab, une Camerounaise de 21 ans, étale du talc sur la peau irritée de Moïse, son bébé de huit mois.
 
«J'ai passé huit mois dans une prison en Libye. Je veux partir en Europe pour garantir à mon fils une bonne scolarisation», explique Georgie qui a quitté clandestinement son pays en octobre 2017, passant par le Nigeria, le Niger puis la Tunisie, où elle est arrivée fin août.
 
«Merci à la Tunisie, mais la situation ici n'est pas bonne, et ma direction c'est l'Europe, la France précisément», confie-t-elle.
 
Lorsqu'ils ne sont pas en ville pour tenter de gagner de quoi se nourrir, les pensionnaires du centre palabrent, évoquant leurs épopées passées et les projets d'avenir, souvent les yeux rivés vers l'Europe. Quitte à reprendre la mer clandestinement au risque de leur vie.
 
Des rythmes africains retentissent dans les couloirs jonchés de matelas de cette bâtisse de trois étages, avec seulement trois cuisines et trois sanitaires pour les 247 migrants hébergés, dont 15 enfants.
 
L'idée de «plateformes régionales de débarquement» hors de l'UE, lancée lors d'un Conseil européen fin juin, a été rejetée par la Tunisie, le Maroc et l'Egypte. Mais les pays européens maintiennent la pression.
 
Des rescapés accueillis uniquement pour des raisons humanitaires
Fin juillet, Tunis a laissé débarquer à contrecœur une quarantaine de migrants secourus par un navire commercial battant pavillon tunisien, le Sarost V.
 
Soucieuses de ne pas créer un précédent, les autorités tunisiennes ont toutefois souligné les avoir acceptés uniquement pour des raisons humanitaires. Nombre des migrants du Sarost V sont toujours hébergés à Médenine.
 
«La Tunisie ne s'occupe pas convenablement des migrants», estime l'un d'eux, Francis Lélé, 32 ans, qui a fui le Cameroun il y a deux ans et dit avoir travaillé puis été esclave dans la construction en Libye avant de prendre la mer.

Migrants en Tunisie

Georgie Ndab, une migrante africaine, change la couche de son bébé dans un centre de migrants de la ville de Medenine, dans le sud-est du pays, le 28 août 2018.  © FATHI NASRI/AFP


Chacun ne reçoit qu'un seul kilo de riz, trois boîtes de sardines et une bouteille de lait pour une semaine entière, détaille-t-il.
 
«Ce n'est pas le grand luxe, mais nous offrons à manger selon les normes caloriques», explique Mongi Slim, responsable du centre du Croissant-Rouge, qui a perdu des financements au printemps et peine à boucler son budget annuel de 320.000 dinars (100.000 euros).
 
Le Croissant-Rouge souhaite agrandir la capacité d'accueil du centre, créé en 2013, où les autorités envoient les étrangers arrêtés sur le chemin de l'Europe, près de la frontière libyenne ou dans les eaux territoriales.
 
La Tunisie ne «garantit pas les droits des migrants»
Les migrants du centre ont un délai de 60 jours pour décider de rentrer chez eux ou de rester, éventuellement en demandant l'asile. Un tiers environ, souvent épuisé par l'expérience libyenne, demande un retour volontaire, explique Mongi Slim. Parmi les autres, une majorité tente de reprendre leur épopée vers le Nord.
 
La Tunisie ne peut pas devenir un pays d'accueil car elle «ne garantit pas les droits des migrants», affirme pour sa part Romdhane Ben Amor, du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), en déplorant le manque de cadre juridique et de moyens.
 
Même pour les nombreux Africains subsahariens arrivés légalement, il est très compliqué d'obtenir une carte de séjour, le sésame pour la vie quotidienne et les retours au pays.
 
En outre, «il n'y a pas de loi sur l'asile», souligne Lorena Lando, de l'Organisation internationale des migrations (OIM).
 
«Actuellement, la Tunisie n'a ni le cadre légal ni l'infrastructure humanitaire ni le développement économique pour gérer les personnes n'ayant pas obtenu le statut de réfugié leur permettant d'aller en Europe, c'est-à-dire la vaste majorité», indique-t-elle.