Clap

Politique,  Tunisie,  Afrique

Tunisie: le mouvement BDS appelle au boycott d'un navire israélien

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 03/08/2018 à 14H59, mis à jour le 06/08/2018 à 13H48

Port Rades en Tunisie
Port de Rades en Tunisie. © FETHI BELAID / AFP

TACBI, mouvement tunisien de boycott d'Israël, avait appelle la Tunisie à empêcher l'arrivée d'un bateau que le mouvement considère comme israélien et demandé au syndicat des travailleurs tunisiens UGTT d'«empêcher le déchargement de ce bateau au cas où il serait autorisé à entrer dans le port». Finalement, le navire semble avoir annulé son escale tunisienne.


«La compagnie maritime israélienne ZIM fera une escale au port de Radès (Tunisie) le 4 ou 5 août avec un bateau battant pavillon turc nommé Cornelius A», affirme le mouvement TACBI (Tunisian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel). Radès est le port spécialisé dans les conteneurs du complexe portuaire de Tunis-La Goulette.

«Il serait extrêmement scandaleux de permettre à ce bateau d'accoster à Radès, d'autant plus que dimanche dernier, la marine israélienne a intercepté la Flottille de la Liberté en eaux internationales et s’est pris à son équipage. L’Awda, le navire amiral de la flottille partie cette année de Suède et de Norvège, a été intercepté par la marine israélienne, et détourné vers le port israélien d’Ashdod. Son équipage et ses passagers ont été arrêtés et sont actuellement détenus en Israël. L’Awda apportait une cargaison de médicaments dont la Bande de Gaza manque cruellement, et devait elle-même être remise en cadeau aux pêcheurs palestiniens de Gaza», estime TACBI sur son site.

L'UGTT a demandé des précisions aux autorités. 

Officiellement, pour la marine marchande tunisienne, le navire porte le pavillon turc, mais les partisans de ce boycott estime que le bateau est en fait affrêté par la compagnie ZIM.

Lundi 6 juillet, «le bateau, nommé Cornelius A, appartenant à l’armateur turc Arkas avec lequel ZIM a conclu un accord de partage de navires (Vessel Sharing Agreement) a finalement été déprogrammé alors qu’il aurait dû accoster au port de Radès (Tunisie) le 5 août, d'après le site web de ZIM», se félicitait Tacbi, l'organisation à l'origine de l'appel au boycott de ce navire.

Ce n'est pas la première fois que la Tunisie est mêlée à une affaire de boycott vis-à-vis d'Israël. Dernièrement, la Fédération tunisienne d'échecs avait évoqué la possibilité d'interdire la venue d'une joueuse d'échecs israélienne, Liel Levitan, au Championnat du monde des écoles 2019. Avant de finalement affirmer que tous les joueurs étaient bienvenus.

La campagne BDS est internationale et prône des actions de Boycott, de Désinvestissement et de Sanctions contre l'Etat d'Israël en raison de sa politique vis à vis des Palestiniens.