Clap

Société,  Politique,  Tunisie

Tunisie: le Parlement adopte une loi contre les violences faites aux femmes

Par Charles Bonnaire avec AFP@GeopolisAfrique | Publié le 28/07/2017 à 11H25, mis à jour le 28/07/2017 à 11H42

L'Assemblée constituante tunisienne en novembre 2011
Des membres de l'Assemblée constituante tunisienne, qui deviendra l'Assemblée des «représentants du peuple».  © REUTERS/Zoubeir Souissi

La Tunisie s’engage contre les violences faites aux femmes: après l’adoption d’un programme de lutte, le Parlement a voté une loi pour que les violences ne soient plus considérées comme privées.


C’est à une très large majorité que le Parlement tunisien a voté, mercredi 27 juillet 2017, une loi contre les violences faites aux femmes. Dans le texte, plusieurs dispositions étaient réclamées par des associations depuis longtemps.

Des avancées majeures
Désormais, le harcèlement sexuel est pénalisé dans les lieux publics, les enfants ne peuvent plus être employés pour les tâches domestiques et les employeurs qui payent les employées moins que les employés seront assujettis à des amendes. A noter que les Tunisiennes gagnent seulement 85% du salaire des hommes.

Mais l’une des plus grandes avancées concerne la suppression de l’article 227 bis du Code pénal. Ce dernier permettait à des hommes d’échapper à tout châtiment s’ils avaient des rapports sexuels sans violence avec des mineures de moins de 15 ans dès lors qu’ils épousaient la victime.

Une société encore inégalitaire 
Derrière ce texte se cache l’idée que les violences contre les femmes ne sont pas de l’ordre du privé. En clair, dans le cas d'un homme qui bat sa femme, que ce soit à la maison, ou dans la rue, l’Etat doit intervenir et protéger la victime. Les ONG demandent d’ailleurs au gouvernement de financer les programmes et les institutions qui viennent en aide aux femmes, pour éviter que cette loi ne reste qu’au niveau d’un effet d’annonce.

Depuis la révolution en 2011, la Tunisie fait figure d’exemple concernant le droit des femmes. Toutefois, celles-ci restent encore discriminées. Ces dernières années, de nombreux rapports ont dénoncé les violences faites aux femmes. En 2015, Amnesty International révélait qu’une femme sur deux déclarait avoir subi des violences physiques au cours de sa vie.

Changer les mentalités par la loi
Une violence qui n’est pas toujours physique. Selon un rapport publié en 2011 par l’Office national de la Famille et de la Population tunisien, les femmes déclaraient subir plus de violences psychologiques sur les derniers mois précédent l'enquête. Tandis que la société a évolué, la question de l’égalité homme-femme est plus présente. La loi adoptée vise maintenant à s’attaquer aux violences psychologiques et morales.

Selon un document de la diplomatie américaine en Tunisie, les obstacles pour les femmes sont plus souvent sociétaux que légaux. En effet, la loi a beaucoup évolué ces dernières années pour permettre aux femmes d’avoir les mêmes droits que les hommes. C’est encore un nouveau pas pour la Tunisie. Cette loi, au-delà des dispositions légales qu’elle met en place, aura surtout comme but de faire évoluer les mentalités dans la société.