Clap

Société,  Monde,  Afrique,  Afriques

Un Africain à la tête de l'Organisation mondiale de la santé

Par Michel Lachkar@GeopolisAfrique | Publié le 24/05/2017 à 11H59, mis à jour le 30/05/2017 à 18H43

L’Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus élu mardi à tête l'OMS
L’Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus élu mardi à la tête de l'OMS © Reuters/ Denis Balibouse

L’Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus a été élu le 24 mai 2017 à la tête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour la première fois, un Africain va diriger l'une des plus puissantes agences de l'ONU. L'Afrique succède à l'Asie et le Dr Tedros à Margaret Chan, l'ex-directrice des services de santé de Hong Kong quittera ses fonctions après dix années de services à la tête de l'OMS.


«C'est un jour de gloire pour l'Ethiopie et pour l'Afrique», a commenté l'ambassadeur éthiopien auprès des Nations unies à Genève, Negash Kebret Botora. Le Dr Tedros, ancien ministre éthiopien de la Santé et des Affaires étrangère, l'a emporté au troisième tour de scrutin face au Britannique David Nabarro.

Couverture maladie universelle 
Le Dr Tedros a fait de la couverture maladie universelle la «priorité centrale» de son mandat de cinq ans. «Pour le moment, seule environ la moitié de la population mondiale a accès aux services de santé sans s'appauvrir. Cela doit nettement s'améliorer», a-t-il déclaré. En Afrique, la couverture santé ne touche encore que quelques rares pays.

Dans son intervention pour présenter sa candidature et son programme, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, 52 ans, a raconté avoir perdu, alors qu’il était enfant, un frère qui n’avait pas reçu les médicaments nécessaires. Il avait alors indiqué «refuser d’accepter que les gens meurent parce qu’ils sont pauvres ».

«Je fais les promesses suivantes : travailler sans relâche pour concrétiser la promesse de garantir la couverture sanitaire universelle, veiller à ce qu’il y ait des ripostes solides dans les situations d’urgence», a-t-il déclaré dans son plaidoyer. En outre, le médecin éthiopien a indiqué qu’il renforcera «la santé et l’autonomie des pays » et « mettra la transparence au cœur de l’OMS».

 
Transparence
Le Dr Tedros prendra la tête d’une agence qui a été notamment critiquée pour son manque de discernement sur la gravité de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest entre fin 2013 et 2016, qui a fait plus de 11.300 morts. La directrice sortante de l’OMS, Margaret Chan, a reconnu que l’épidémie avait «pris tout le monde, y compris l’OMS, par surprise».
 
«Le nouveau directeur général doit continuer à œuvrer pour que l’OMS devienne plus efficace et plus transparente. L’OMS doit être transparente sur la façon dont elle utilise ses ressources et sur ses résultats», a affirmé le ministre américain de la Santé Tom Pricese à Genève.
 
Le Docteur Tedros sera confronté a de nombeux défis comme le montre la flambée d'Ebola dans le nord de la RDC, et la grave épidémie de méningites qui a frappé le Nigeria et le Niger ces dernières semaines. A cela s'ajoute la prévention et la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme qui continuent à faire des ravages sur le continent africain.