Et pendant ce temps...

Culture,  Algérie

Un écrivain algérien athée obligé de dire «Allah akbar»:la caméra cachée de trop

Par Mohamed Berkani@GeopolisAfrique | Publié le 02/06/2017 à 14H36, mis à jour le 07/06/2017 à 15H01

Rachid Boudjedra piégé
Capture d'écran de Rachid Boudjedra piégé. © DR/Capture d'écran

Les Algériens sont révulsés par la caméra cachée de la télévision conservatrice et proche du pouvoir EnnaharTV, la Fox News algérienne, dans laquelle l’écrivain athée Rachid Boudjedra est sommé (avec violence) de clamer qu’il est musulman. Les excuses du directeur de la télévision n’ont pas suffi à calmer la colère des internautes.


La caméra cachée n’a fait rire personne, surtout pas l’intéressé, l’écrivain Rachid Boudjedra qui est passé d’un ahurissement effaré à une indignation froide. Le canular ne passe pas. Les téléspectateurs, les réseaux sociaux et les médias ne décolèrent pas contre «la blague la moins drôle de l'année».

Communiste, athée, l’auteur de La répudiation s’est retrouvé embarqué dans une caméra cachée d’une rare violence dans laquelle il a été sommé de renier son athéisme et de se déclarer musulman. A 76 ans, Rachid Boudjedra a dû faire face à une mise en scène macabre. 

Vidéo mise en ligne, le 31 mai 2017

Les réseaux sociaux algériens sont révulsés par cette caméra cachée. Plusieurs pétitions circulent pour condamner la télévision conservatrice.

Les excuses du directeur D’EnnaharTV n’ont pas suffi. «Je présente mes sincères excuses au romancier Rachid Boudjedra et au public au nom d’Ennahar, pour les dépassements dont il a été victime dans la caméra cachée qui n’a pas respecté les règles du travail.»


La colère continue de monter contre la «Fox» algérienne.




Le précédent Madjid Bougherra, l’ancienne star de Glasgow Rangers 
En 2015, à la même période pendant la ramadan, l’autre chaîne conservatrice Echourouk avait simulé le kidnapping par de faux terroristes de Madjid Bougherra, l’international algérien du Glasgow Rangers passé à Al-Fujairah (Emirats Arabes Unis). Direction le désert pour la fausse exécution au milieu des cris et des pleurs.

Madjid Bougherra avait été sorti du véhicule. Les faux ravisseurs, pour faire plus vrai que vrai, hurlaient, plus qu’ils n’énonçaient, la profession de foi à un joueur à genoux. Au moment de révéler le canular, le joueur n’avait pas le cœur à rire. 


La caméra cachée, objet de désir pendant le ramadan
Pendant le ramadan, le téléspectateur algérien a le choix entre les feuilletons et les caméras cachées. Les chaînes de télévision rivalisent d’inventivité, et multiplient les dérapages. «Les caméras cachées tuent le cinéma. Certains réalisateurs ne tournent plus que ces futilités car il n’y a plus ou si peu de tournages de fiction. Et pour ceux qui arrivent à produire un film, il n’y a plus de salles de cinéma pour les diffuser. Le téléspectateur algérien a peu de chances de voir un film algérien sauf s’il se rend dans un festival», explique un réalisateur à Géopolis. 

Rachid Boudjedra
Capture d'écran © DR

L’espace télévisuel algérien est aussi schizophrénique, les télévisions privées sont tolérées mais non autorisées. Pour continuer d’émettre, elles se croient obligées d’épouser la ligne officielle du pouvoir en place, devançant parfois ses désirs. L’exemple d’Atlas TV, qui avait ouvertement pris parti pour l’opposant Ali Benflis contre le président Abdelaziz Bouteflika, est encore dans toutes les mémoires à Alger. En mars 2014, la police a investi les lieux et fermé les locaux. Ainsi, paradoxalement, toutes les télévisions, privées et publiques, ne relaient que le discours officiel, surfant une vague de religiosité.