Clap

Autriche,  Europe

Une banque en bitcoins, première du genre en Autriche, ouvre ses portes à Vienne

Par Catherine Le Brech@GeopolisAfrique | Publié le 16/02/2017 à 13H11

Sur distributeur bitcoins à Sydney en Australie mai 2013
Sur un distributeur de bitcoins à Sydney, en Australie (mai 2013). © Peter PARKS / AFP

Echanger du cash contre des bitcoins, la monnaie virtuelle créée en 2008, c’est possible. Comment? En se rendant à Vienne, où une banque se chargera des transactions. Explication.


Souvent précédée d’une réputation sulfureuse, la très dynamique crypto-monnaie, monnaie la plus performante de 2016, selon les analystes, pourrait séduire les Viennois. L’information relayée par le journal The Local, précise qu'une banque, la première du genre en Autriche, située rue Mariahilfer, une artère commerçante très populaire de la capitale autrichienne, pourrait les y aider. Avant cette ouverture, le pays comptait déjà une vingtaine de distributeurs de bitcoins.
 
Selon le site RT, «pour recevoir des bitcoins, un utilisateur doit avoir une adresse (…) qui agit comme un porte-monnaie virtuel à destination et à partir duquel la crypto-monnaie est envoyée». RT précise que l’établissement bancaire autrichien est «détenu et managé par la start-up Bit Trust».


Les transactions en bitcoins se font sur le web, via une technologie dite du blockchain, système qui les valide et les enregistre. Les transferts de bitcoins dans le monde entier sont anonymes et fonctionnent sur la base d'un réseau qu'aucune autorité centrale ne régule.

The Local précise: «Il n'y a pas de frais, mais le secret entourant la monnaie a conduit certains à remettre en question sa stabilité et sa transparence. La valeur du bitcoin a été volatile depuis son lancement en 2009. Comme toutes les devises, sa valeur est déterminée par le nombre de personnes prêtes à l'échanger.»

Une monnaie virtuelle mais un intérêt réel
Si certains louent la confidentialité qui prévaut dans l’utilisation de cette monnaie numérique (pas de divulgation de numéro de carte de crédit, ni de données privées), d’autres considèrent que son usage est trop risqué car assujetti à de fortes fluctuations (pas de protection en cas de perte d’argent ou de fraude: le bitcoin attire potentiellement les hackers).
 
Quoi qu’il en soit, en janvier 2017, «la valeur totale des bitcoins en circulation avoisinait les 15 milliards de dollars avec, en moyenne, plus de 250.000 transactions par jour», précise 8e étage.
 
Pour autant, le site met l’accent sur le caractère spéculatif et la volatilité du cours du bitcoin face aux monnaies traditionnelles. Et explique pourquoi, les 9 et 10 février 2017, le cours a chuté de plus de 10% face au dollar, suite à une décision de la banque centrale chinoise. Laquelle? «Après avoir rencontré les bourses au bitcoin du pays, elle leur a donné un délai afin qu’elles puissent améliorer leurs systèmes de contrôle et de lutte contre le blanchiment, l’évasion fiscale et la fraude…»