Parcours

Europe,  Europes

Une fondation qui parcourt l’Europe pour aider les handicapés

Par Clara Crochet-Damais@GeopolisAfrique | Publié le 24/10/2016 à 16H16, mis à jour le 24/10/2016 à 16H39

Des représentants Fondation John Bost en Suède
Des salariés de la John Bost lors de leur voyage en Suède. © John Bost

Depuis avril 2016, la Fondation John Bost s’est lancée dans un tour d’Europe. Objectif: s’inspirer d’organisations équivalentes dans d’autres pays européens, venant elles aussi en aide aux handicapés.

Créée en 1848, la Fondation John Bost accueille et soigne des personnes (enfants, adolescents, adultes et seniors) souffrant de troubles psychiques et de handicaps physiques et/ou mentaux, ainsi que des personnes âgées dépendantes, dont l’état nécessite une vie sociale adaptée. Pour remplir sa mission, cette institution sanitaire et médico-sociale à but non lucratif a constitué un réseau de 34 établissements ou services sanitaires et médico-sociaux à travers la France.
 
S’inspirer de structures innovantes ailleurs en Europe
Ayant pris une dimension nationale en terme de nombres de bénéficiaires après plus de 100 ans d’existence, la Fondation a décidé en avril de se lancer dans un tour de l’Europe. Objectif : partir à la découverte d’organisations équivalentes dans d’autres pays du Vieux continent, pour s’en inspirer et ainsi améliorer ses pratiques. Educateurs, administrateurs, logisticiens... Des membres représentant les différents corps de métier de la fondation ont pris part au voyage. «Sauf erreur de notre part, nous sommes les seuls dans notre domaine en France à avoir eu cette volonté», indique Gilles Camincher, chargé de mission voyages d’étude au sein de la Fondation John Bost.
 
Le projet a déjà permis à la fondation de partir à la découverte d’organisations équivalente à la sienne dans trois pays européens : l’Allemagne, l’Italie et la Suède. Des interprètes professionnels ont accompagné la délégation pour l’aider à comprendre les langues de ces pays. La Fondation John Bost a cherché avant tout à visiter des structures innovantes dans le domaine du handicap et de la santé mentale, sans autres critères particuliers. «Sur place, notre objectif est de rencontrer et de comprendre !» insiste Gilles Camincher,
 
La Suède : modèle d’inclusion du handicap au cœur de la société
«En Suède, nous  avons pu découvrir des dispositifs d’inclusion très poussés : des situations de logement ou de travail adaptées, des structures éducatives et de loisirs spécifiques», explique le chargé de mission. Dans ce pays, les personnes en situation de handicap sont impliquées dans tous les domaines. Une contribution et une autonomie rendues possibles là-bas grâce aux fondements et à l’histoire de la société suédoise. Les institutions pour personnes en situation de handicap ont toutes été fermées en 1971. Depuis lors, les handicapés ne sont pas considérés comme des personnes à part, mais pleinement intégrés au reste de la société.

«Là-bas, l’autonomie de la personne est particulièrement favorisée, par des solutions conçues avec, plutôt que pour, la personne en situation de handicap. Ce qui nous a fait beaucoup réfléchir, chacun dans nos spécialités et entre nous», constate Gilles Camincher. «Depuis, à la Fondation, nous essayons de développer beaucoup plus une dynamique participative

Voyage Fondation John Bost en Allemagne.

Voyage de la Fondation John Bost en Allemagne. Rencontre avec la Fondation Bethel. © Fondation John Bost


En Allemagne, les représentants de John Bost ont pu rencontrer des collègues de la Fondation Bethel. Une organisation d’une autre dimension puisqu’elle dispose de 17.000 salariés ! «Comme à chaque voyage d’études, nous y avons échangé nos ressentis au quotidien, autour des thèmes de l'inclusion du handicap dans la société, de l'habitat adapté ou d’avancées dans les nouvelles technologies», explique-t-on à la Fondation John Bost. Au retour de chaque voyage, les enseignements récoltés sont mis en application. Après l'Allemagne, l’Italie et la Suède, la fondation prévoit de se rendre au Canada en octobre puis au Royaume-Uni et en Finlande en vue de continuer à s’inspirer de nouvelles pratiques extérieures.