Clap

Société,  Afrique du Sud,  Afrique

Une ONG sud-africaine met en cause le mode de vie de Jacob Zuma

Par Véronique le Jeune (avec afp)@GeopolisAfrique | Publié le 30/04/2018 à 14H26, mis à jour le 30/04/2018 à 18H24

L'ex-président sud-africain Jacob Zuma sa nouvelle conquête 24 ans
L'ex-président sud-africain Jacob Zuma et sa nouvelle conquête Nonkanyiso Conco, âgée de 24 ans (photo montage). © POOL AFP / DR

Une jeune Sud-Africaine de 24 ans, présentée par la presse locale comme la future septième épouse de l'ex-président Jacob Zuma, 76 ans, a été contrainte de démissionner de son poste dans une ONG qui fait la promotion des femmes. L'organisation She Conquers («Elle se bat») a estimé que la «relation» entre son employée Nonkanyiso Conco et M. Zuma était «contraire» à l'émancipation qu'elle défend.


La relation entre la jeune femme et son aîné de 52 ans, restée secrète, a fait l'effet d'une bombe au sein de l'ONG, lancée en 2016 par l'ancien président Zuma lui-même! Une association censée venir en aide aux femmes à propos de questions telles que le VIH, le droit de cuissage, la violence sexiste et les grossesses précoces.

Egalement révélée par la presse, l'information de l'accouchement de la nouvelle favorite, le 12 avril 2018, des oeuvres de M. Zuma, a laissé l'ONG abasourdie.

«En tant que jeunes femmes, nous sommes attirées et utilisées par des personnes qui abusent de leur pouvoir pour profiter de nous», explique la vice-présidente de l'association, Leonora Mathe, dans un communiqué.

«Dans le cadre de notre campagne, nous faisons la promotion de l'autonomie des jeunes femmes afin d'éliminer le concept de dépendance vis-à-vis des 'bienfaiteurs'», des hommes plus âgés qui troquent cadeaux et argent contre des rapports sexuels.

«Nous devons nous assurer que nous montrons l'exemple au sein de notre direction», a-t-elle insisté, catégorique, enjoignant à Nonkanyiso Conco de démissionner. Ce que la jeune chargée de communication, qui n'avait pas mentionné ses liens avec l'ex-président sud-africain, a fait sans tarder.

Une mise en cause implicite de la polygamie de M. Zuma
En février 2018, Jacob Zuma a été contraint de quitter la présidence, empêtré dans plusieurs affaires de corruption. L'homme traîne derrière lui une réputation sulfureuse, nourrie de scandales en tous genres qui ont émaillé sa carrière. 
 
Il a notamment été accusé de viol par une jeune femme séropositive. Blanchi par la justice en 2006, il a scandalisé le pays en affirmant pendant son procès qu'il avait «pris une douche» pour éviter toute contamination par le virus VIH.

Jacob Zuma, déjà marié six fois et père de plus de vingt enfants, a actuellement quatre épouses, après son divorce d'avec Nkosazana Dlamini-Zuma en 1998 et le décès de sa troisième femme, Kate Mantsho, qui s'est suicidée en 2000. Selon le journal Sunday Times, Nonkanyiso Conco fréquente la propriété privée de Jacob Zuma à Nkandla (nord) depuis qu'elle a 19 ans.

Polygame sans complexes - la pratique, peu répandue en Afrique du Sud est présente dans l'ethnie zouloue de M. Zuma - l'ancien chef d'Etat, lorsqu'il était encore aux affaires, choquait ses concitoyens en faisant vivre son clan aux crochets des finances publiques. Depuis son départ, ses soutiens sont néanmoins restés très nombreux.