Eclairage

Politique,  Tanzanie,  Kenya,  Afrique

Vaches, poulets... touristes: vives tensions entre le Kenya et la Tanzanie

Par Michel Lachkar@GeopolisAfrique | Publié le 10/11/2017 à 14H01, mis à jour le 10/11/2017 à 14H18

Un berger massaï fait paître son troupeau au pied Kilimanjaro
Un berger massaï fait paître son troupeau au pied du Kilimanjaro. © Reuters/Finbarr O'Reilly

Le ministère kényan des Affaires étrangères accuse la Tanzanie d’avoir saisi et vendu 1300 vaches kényanes qui broutaient en territoire tanzanien. Nairobi accuse également son voisin d’avoir brûlé quelque 6500 poulets, officiellement pour des raisons sanitaires. Les deux grandes économies de l’est de l’Afrique se livrent une guerre commerciale et tournent le dos à leur intégration économique.


Les bergers massaï, qui chevauchent le Kenya et la Tanzanie, ne se sont jamais préoccupés des frontières. Ils traversent la région avec leurs troupeaux à la recherche de pâturages et d'eau pendant les sécheresses; et cela n'a jamais suscité aucune antipathie des deux gouvernements.

Pourtant, la Tanzanie a saisi et vendu aux enchères des centaines de bovins qui erraient sur son territoire non loin de la frontière avec le Kenya. Début novembre, ce sont des milliers de poulets importés par un commerçant du Kenya qui ont été saisis et brûlés par les autorités tanzaniennes. Officiellement pour des raisons sanitaires.

«Dire que les vaches kényanes vont maintenant infecter les troupeaux tanzaniens est tout simplement extravagant, surtout quand il n'y a pas de preuve d'une épidémie», affirme l’éditorial du quotidien Kenyan Daily Nation«Les propriétaires de bétail ont fait ce qu'ils font depuis toujours: traverser la frontière pour chercher des pâturages, c'est un comportement normal», a affirmé la cheffe de la diplomatie kényane Amina Mohamed. Une protestation a été déposée auprès de la Communauté d'Afrique de l'Est.

Guerre commerciale
Le conflit cache une crise plus profonde, une véritable guerre commerciale entre les deux pays. La Tanzanie a imposé une interdiction sur certains produits kényans, le lait et les cigarettes. Le Kenya a riposté en interdisant les importations de farine de blé et de gaz de cuisson en provenance de Tanzanie.

De part et d'autre de la frontière entre le Kenya et la Tanzanie, les importations de produits divers sont régulièrement bloquées. En mars 2016, c’est le ministre kényan de l'Energie et sa délégation qui n’ont pas pu entrer en territoire tanzanien.

Cette région frontalière, proche du Kilimandjaro, a toujours été une zone de tensions, voire de conflit armé. Les deux pays se disputent depuis des décennies les touristes venus gravir le plus haut sommet d’Afrique.

Dispute autour du Kilimandjaro
Chacun veut bénéficier de la manne générée par ce site très fréquenté par la clientèle internationale. Si les neiges du Kilimandjaro sont visibles du Kenya, l’ancien volcan appartient bien à la Tanzanie.

La guéguerre entre les deux pays ne date pas d’hier. Longtemps, les touristes qui voulaient accéder au Kilimandjaro en provenance du Kenya devaient franchir la frontière à pied. La liaison ferroviaire qui rejoint le port kényan de Mombassa à la ville tanzanienne d’Arusha étant brusquement interrompue à plusieurs kilomètres de la frontière.

Alors que le Kenya était une colonie anglaise, la légende veut que le Kilimandjaro ait été offert en 1895 par la Reine Victoria à son petit-fils le futur empereur Guillaume II pour son anniversaire, lequel se plaignait de ne pas avoir de sommet enneigé dans la partie allemande de l’est de l’Afrique (Tanganyika).