Et pendant ce temps...

Politique,  Maroc

VIDEO. Des «Marines» menacent le leader du Rif: l’ambassade américaine dément

Par Mohamed Berkani@GeopolisAfrique | Publié le 06/06/2017 à 14H20, mis à jour le 07/06/2017 à 14H54

Faux Marines marocains
Faux Marines marocains © DR/Capture d'écran

La vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux marocains. Plusieurs hommes, habillés d'uniformes militaires américains couleur sable, présentés comme des «Marines», menacent le leader de la contestation rifaine, Nasser Zefzafi, au nom de l’unité du pays. L’ambassade américaine dément formellement et condamne tout message de violence. Tout comme l’Armée marocaine.


Dans un Rif en pleine ébullition, la vidéo a eu un grand buzz. On y voit un groupe d’une douzaine de personnes, vêtues d’uniformes militaires, adresser un «message à Nasser Zefzafi». Les menaces, ponctuées de mimiques sans équivoque, sont à peine voilées. Partagée sur les réseaux sociaux, la vidéo devient virale. Plusieurs sites Internet croient reconnaître des militaires américains d’origine marocaine. Une «fake news», information erronée, s’étrangle l’ambassade américaine qui apporte un démenti formel dans un tweet rageur.

«Les hommes dans le message vidéo pour Zifzafi portant ce qui ressemble à des uniformes militaires américains NE SONT PAS des militaires américains. Nous condamnons tout message soutenant la violence.»

 
L’affaire a pris une grande ampleur car la vidéo a été partagée par des comptes Facebook se disant proche de l’Armée marocaine, déclenchant un avertissement de la part de l’institution. «Les messages attribués aux Forces Armées Royales (FAR) circulant actuellement sur les réseaux sociaux par des inconnus vêtus de tenues militaires et fustigeant des personnes en lien avec ce qui se passe dans le Rif, n’ont aucune relation avec l’institution militaire», a relayé l’agence MAP le 3 juin. Et de mettre en garde: «Les personnes qui communiquent à travers les réseaux sociaux et WhatsApp au nom des FAR enfreignent la loi.» 




Selon différentes sources, les personnes figurant en treillis sur la vidéo seraient des figurants jouant dans un film américain non loin de Tanger, information non confirmée officiellement.  
 
La contestation ne s’essouffle pas
Al-Hoceïma est depuis sept mois l'épicentre d'un mouvement de contestation revendiquant le développement du Rif, région historiquement frondeuse et géographiquement enclavée, que les protestataires jugent marginalisée par l'Etat. Des manifestations quotidiennes – nocturnes pour cause de ramadan – ont eu lieu toute la semaine dans la ville d'Al-Hoceïma et la localité voisine d'Imzouren (autre haut-lieu de la contestation).

Nasser Zefzafi
Nasser Zefzafi © Mohamed el-Asrihi / AFP

Nasser Zefzafi, un chômeur de 39 ans, était devenu ces derniers mois le visage du mouvement populaire, le «Hirak» (la mouvance), qui secoue la région du Rif, où la mort en octobre 2016 d'un vendeur de poisson, broyé accidentellement dans une benne à ordures, avait suscité l'indignation. Depuis le 26 mai 2017, la police a procédé à des dizaines d’arrestations visant essentiellement le noyau dur du «Hirak», selon des sources officielles.