Clap

Politique,  Egypte,  Afrique

Vote à l'Unesco: l'Egypte accuse le Qatar de corrompre les pays africains

Par Falila Gbadamassi@GeopolisAfrique | Publié le 12/10/2017 à 15H46, mis à jour le 12/10/2017 à 19H05

Moushira Khattab lors son audition à l'Unesco à Paris 26 avril 2017
Moushira Khattab arrive pour son audition à l'Unesco, à Paris, le 26 avril 2017 © UNESCO/Christelle ALIX

Pour Le Caire, les pays africains n'ont pas suivi le mot d'ordre de l'Union africaine: celui de voter pour l'Egyptienne Moushira Khattab, candidate de l'Afrique à la direction générale de l'Unesco. Le Qatar, également en lice pour ce poste, est accusé d'avoir acheté le vote des Etats africains qui sont membres du Conseil exécutif de l'Unesco, organisation dont Washington vient de se retirer.


Des parlementaires égyptiens demandent l'ouverture d'une enquête sur le lobbying financier fait par le Qatar, notamment auprès des pays africains, rapporte Egypt Today. Ces derniers étaient censés voter pour l'Egyptienne Moushira Khattab, candidate de l'Union africaine à la sucession de la Bulgare Irina Bukova à la tête de l'Unesco. 

Le processus de vote pour désigner le prochain directeur général de l'Unesco a débuté le lundi 9 octobre 2017. A la grande surprise des Egyptiens, le premier tour a vu la victoire du candidat qatari, l'ancien ministre de la Culture Hamad Bin Abdulaziz al-Kawari, avec 19 voix. Moushira Khattab occupant la 3e place derrière la prétendante française Audrey Azoulay.  


Ce score soulève de «nombreuses questions», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ahmed Abou Zeid, rapporte Ahram Online. «Je peux dire que le nombre (de voix) récolté par le candidat qatari n'était pas attendu pour de nombreuses raisons», a-t-il précisé. La principale étant que les pays africains du Conseil éxécutif, qui compte 58 membres, auraient dû voter pour Moushira Khattab. 

«Nous nous attendons à ce que les dirigeants africains parlent à leurs représentants permanents et soulignent l'importance de soutenir le candidat égyptien de l'Afrique», a poursuivi Ahmed Abou. «L'Egypte n'aurait pas dû dépendre du vote d'un seul bloc. Nous aurions dû conclure d'autres alliances», a regretté pour sa part la députée Fayez Barakat, citée par Egypt Today. Au 3e tour, mercredi 11 octobre 2017, le Qatar et la France étaient toujours au coude-à-coude. Et l'Egypte, toujours à la 3e place.


Un 4e et dernier vote se tient le 12 octobre 2017. Si aucun des cinq derniers candidats en lice n'obtient la majorité des 30 voix, les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages seront opposés lors d'un 5e et ultime scrutin. En marge de ces tensions entre Le Caire et Doha, dont les relations n'étaient déjà pas au beau fixe, les Etats-Unis ont annoncé dans l'après-midi du 12 octobre leur retrait de l'Unesco.