Clap

Economie,  Zimbabwe,  Afrique

Zimbabwe: Morgan Tsvangirai, opposant historique de Robert Mugabe, est décédé

Par Michel Lachkar@GeopolisAfrique | Publié le 15/02/2018 à 14H25

Candidature Morgan Tsvangirai pour élection présidentielle 2018
Candidature de Morgan Tsvangirai pour l'élection présidentielle de 2018  © Antony Kaminju/ Reuters

Morgan Tsvangirai, adversaire historique de l'ex-président Robert Mugabe, est décédé à l’âge de 65 ans des suites d'un cancer. Il s’était opposé à la dérive despotique de l’ancien combattant de l’indépendance, et à sa politique économique qui a plongé le Zimbabwe dans la pauvreté. Morgan Tsvangirai laisse derrière lui un parti déchiré par les rivalités à quelques mois de l'élection présidentielle.


«C'est avec tristesse que j'annonce que nous avons perdu notre icône et notre combattant pour la démocratie», a annoncé Elias Mudzuri, l'un des vice-présidents du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), le parti de Morgan Tsvangirai.

Celui-ci est décédé le 14 février 2018 dans un hôpital de Johannesburg (Afrique du Sud). Il y a deux ans, M. Tsvangirai avait révélé qu'il souffrait d'un cancer du côlon à cause duquel il effectuait de nombreux séjours médicaux dans des hôpitaux sud-africains.

Opposant historique à Robert Mugabe, le leader du MDC a payé cher son engagement. Emprisonné à plusieurs reprises, il a été victime de la brutalité du régime. En 2007, il était apparu le visage tuméfié après son arrestation pour avoir tenté d'organiser un meeting dans la capitale Harare. L'année suivante, son rêve d'accéder enfin au pouvoir avait failli devenir réalité. Il était arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle, mais avait été contraint de se retirer du second tour en raison d'une violente campagne contre ses partisans menée par le pouvoir.

Pour mieux le contrôler, Robert Mugabe l'avait nommé Premier ministre d'un gouvernement de coalition resté sous sa coupe.

«Patriote et démocrate»
Morgan Tsvangirai devait être le candidat officiel du MDC pour la présidentielle de 2018 et affronter le nouveau président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, successeur de Robert Mugabe.

La semaine dernière, il avait cédé sa place à la tête du parti à l'un des trois vice-présidents, Nelson Chamisa, son état de santé s'étant fortement détérioré.

Il laisse un parti orphelin et affaibli par ses querelles internes. Depuis des semaines, le MDC se déchire en vue de sa succession.«Tsvangirai assurait la cohésion du parti», a estimé l'analyste politique Alexander Rusero interrogé par l'AFP. Le MDC se retrouve désormais face à «un dilemme avec ses trois vice-présidents qui se battent pour la position de Tsvangirai», a-t-il ajouté.

Après le décès de M. Tsvangirai, le nouveau président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, investi candidat de la Zanu-PF, fait plus que jamais figure de grandissime favori pour la présidentielle.