Clap

Société,  Soudan,  Afrique

Soudan: démantèlement d'un vaste trafic d'êtres humains, dont 85 enfants

Par Véronique le Jeune@GeopolisAfrique | Publié le 12/09/2018 à 09H28, mis à jour le 12/09/2018 à 09H28

Le siège d'Interpol à Lyon France
La mosaïque figurant un planisphère photographiée au siège d'Interpol à Lyon (France) en 2000. © Eric CABANIS / AFP

Fin août 2018 à Khartoum, la capitale soudanaise, l'«Opération Sawiyan» a permis d'extraire une centaine de personnes d'un réseau de trafiquants d'êtres humains. Parmi elles, 85 enfants dont certains travaillaient dans des mines d'or illégales. Le communiqué émane d'Interpol, l'organisation internationale de police criminelle, qui a appuyé les 200 policiers soudanais mobilisés sur l'opération.


Grâce à l'«Opération Sawiyan», qui s'est déroulée du 26 au 30 août 2018, douze femmes et deux hommes ont été arrêtés au cours d'un vaste coup de filet de la police locale, avec l'appui d'Interpol.

L'intervention a visé «plusieurs points névralgiques» de Khartoum, comme l'aéroport international ainsi que des mines d'or à ciel ouvert situées à l'Est, précise Interpol, dont le siège est à Lyon. De nombreuses victimes mineures du réseau ont été découvertes dans ces mines exploitées illégalement, travaillant «dans des conditions extrêmes».

Des enfants, certains âgés «d'à peine 10 ans», y ont été surpris en train de manipuler des produits chimiques dangereux tels que le «mercure ou le cyanure».

Les membres du réseau sont suspectés d'appartenir à des groupes criminels qui font leur commerce de «l'immigration clandestine, le travail d'enfants et la mendicité forcée».

Un trafic transnational
«La diversité des nationalités parmi les personnes secourues (Soudan, Soudan du Sud, Tchad, République du Congo, Erythrée, Niger, NDLR) montre à quel point la traite des êtres humains et le trafic des êtres humains constituent un problème véritablement transnational, qui nécessite une réponse internationale coordonnée», déclare dans le communiqué Tim Morris, le directeur exécutif des services de police d'Interpol.
 
20.000 dollars (17.325 euros) ont été également saisis durant l'opération, dont une partie pourrait correspondre «au versement d'une rançon» après l'enlèvement d'un migrant, qui fait lui-même partie des victimes du réseau libérées.

200 policiers soudanais de différents services ont été mobilisés, parmi lesquels ceux de la lutte contre le trafic humain, de la protection de l'Enfance ou de l'antenne locale d'Interpol.

Renforcer la sécurité en Afrique
En mars 2018, les chefs de police régionaux africains et le Secrétaire général d’Interpol, M.Jürgen Stock, ont lancé une initiative visant à renforcer le rôle de l’Afrique en matière de lutte contre la criminalité au niveau mondial.

Baptisé I-One, le dispositif est censé donner aux relais africains de l'organisation internationale de police les moyens de mieux relever les défis en matière de criminalité et de faire face aux menaces sécuritaires en Afrique.

«Avec I-ONE, les policiers africains vont pouvoir coopérer, non seulement au niveau régional mais dans toute l’Afrique, afin que, dans l’intérêt de la sécurité régionale et mondiale, aucun d’entre eux ne se laisse distancer», a annoncé M.Stock lors du lancement.